Sophie Bouvier Ausländer invite dans son hôtel, passage entre les mondes

Beaux-artsDans «Hotel Ausland» ouvert au Musée de Pully, la plasticienne lausannoise prend toutes les libertés avec les dimensions pour se raconter dans un voyage très intime entre les pôles.

«Hotel Ausland», installation de néons, réceptionne le visiteur avant le voyage au pays de l’étrange.

«Hotel Ausland», installation de néons, réceptionne le visiteur avant le voyage au pays de l’étrange. Image: MUSÉE PULLY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Obsédant, Ausländer, son patronyme, tourne en boucle. Il est venu d’ailleurs, il est l’ailleurs, il veut dire l’ailleurs. Titre générique de son œuvre, il l’oxygène et la porte depuis toujours. Il l’explique aussi. «Nous les artistes, on parle beaucoup de nous.» Sophie Bouvier Ausländer ne l’élude pas mais, en laissant un voile de gêne envahir son regard, elle cherche presque l’absolution. Presque…

Ouvert jusqu’au 23 novembre au Musée de Pully, son «Hotel Ausland» repose sur des fondations originelles, héberge les reliefs de sa réflexion et réserve une pièce à un autoportrait à lire entre les lignes d’une topographie des voies de communication du canton. Magnétisantes, les pièces de cet hôtel se découvrent au fil d’un itinéraire qui force volontairement à rebrousser chemin. Elles se referment dans une belle eurythmie et sur une constante: l’omniprésence de la trace, de l’empreinte physique ou généalogique. «On devrait être fier de son nom», assure Sophie Bouvier Ausländer. «J’ai ajouté celui de mon mari au mien, c’est un patronyme juif collé d’une façon d’ailleurs assez antisémite à ceux qui n’avaient pas de métier spécifique. Ils n’étaient que des «Ausländer», que des étrangers! J’en ai fait le titre éponyme de ma pratique artistique, de mon pays de l’étrange.»

Exigeant, l’art de la plasticienne lausannoise se donne en sollicitant les sensations. Les sensations tactiles et les doubles sens. Skin, son magistral collage de papier-calque noirci se fait passer pour une tapisserie de cuir ébène. Cauchemar, son très bidimensionnel drapé d’impression jet d’encre en noir et blanc sur papier, s’embrase dans une déroutante transe volumétrique. Il y a toujours un trouble. Toujours une mise en doute des probables.

Un aller et un retour
«On prétend que, dans les arts visuels, le premier rôle revient au regard. Et, souligne-t-elle, en particulier au regard du spectateur complétant l’œuvre par la perception qu’il en a. Ma démarche va plutôt dans le sens de la fabrication et par conséquent du rôle primordial de la main.» Alors Sophie Bouvier Ausländer plisse, froisse, trace, moule, frotte, façonne ses papiers et dessine comme si elle caressait une intensité, comme si la main se souvenait du geste du sculpteur pour créer un volume. Elle excelle dans Premake, une saisissante épopée de formes organiques courant vers l’infini, une fresque qui feuillette au propre comme au figuré les strates de la mémoire.

Démesurés ou infiniment petits, hiératiques ou en mouvement, noirs ou blancs, les pôles se font toujours face dans l’univers de la Lausannoise. Désolidarisés, ils laissent une place à l’entre-deux, à l’aller et au retour, à un aléatoire. «Je n’aime pas les symétries, confirme-t-elle. J’aime l’idée d’être entre la deuxième et la troisième dimension, à 2,5 ou 2,8. C’est une liberté prise avec la norme, une façon de décatégoriser les choses, d’enlever les étiquettes qui semblent si essentielles pour vivre.» L’«Hotel Ausland» n’en devient que plus l’hôtel de l’étrange. En l’habitant en cartographe de l’intimité des sens, Sophie Bouvier Ausländer donne une résonance extrême à son œuvre.

Créé: 13.11.2014, 18h11

«Hotel Ausland»

Au Musée de Pully
Jusqu’au di 23 nov.
Me-di (14 h-18 h)
Rens.: 021 721 38 00
www.museedepully.ch

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.