Le Théâtre de Vidy s'allie au Festival de la Bâtie

SynergieEn septembre prochain, la manifestation genevoise partagera pour la première fois certaines de ses propositions avec l’institution lausannoise.

Alain Platel et ses ballets C de la B feront à la fois la clôture de la Bâtie et l'ouverture de la saison 2014-15 de Vidy. Image: Wally Santana

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’éternel recommencement de la danse et du théâtre contemporains: c’est ce que scelle la nouvelle synergie mise en place par le Festival de la Bâtie et le Théâtre Vidy. Tandis que s’achèvera le marathon d’arts vivants proposé à Genève, s’ouvrira en fanfare la saison de la quadruple scène lausannoise. Le dernier week-end du premier, du 10 au 13 septembre, marquera le premier de la seconde, dans un esprit commun de défrichage artistique.

Jusqu’ici, le festival que dirige Alya Stürenburg favorisait les partenariats transfrontaliers avec Château-Rouge, à Annemasse, L’Esplanade, à Divonne, ou Bonlieu, à Annecy. Aujourd’hui, l’échange s’inaugure également selon un axe transcantonal, qui permettra au public de circuler (par navettes) entre Genève et Lausanne.

Comment cette coopération inédite a-t-elle vu le jour? En amont, il faut préciser que les coproductions faisaient florès entre La Bâtie et le Festival d’Avignon, codirigé par Vincent Baudriller jusqu’en été 2013, quand il a repris les rênes de Vidy. N’eût-il pas dès lors été contre nature de rompre un nœud que le rapprochement géographique venait resserrer? «Au fil des années, la connivence artistique s’est imposée comme une évidence, confirme Alya Stürenburg. Nous ne faisons que prolonger l’intérêt qui est depuis longtemps le nôtre pour un même territoire artistique.»

Pareil son de cloche chez le nouvel orchestrateur de Vidy: «Il y a entre nous une vision de l’art qui se partage, une proximité de regard à laquelle s’ajoute désormais la proximité physique». Parce que les dates se croisent et que les choix de programmation se recoupent, les deux institutions ont décidé, «en toute simplicité, de créer la synergie plutôt que la concurrence», résume Vincent Baudriller.

Sur quelques jours, la dimension régionale du festival genevois s’étendra donc à la capitale vaudoise: un spectacle de La Bâtie sera intégré à l’ouverture de Vidy, et cinq pièces programmées par Vidy seront accessibles aux festivaliers du bout du lac, moyennant des horaires adaptés. Ces projets incluent une installation de vidéothéâtre par le collectif Rimini Protokoll, une adaptation de L’Idiot de Dostoïevski par le Français Vincent Macaigne, un montage autofictionnel par les Allemandes de She She Pop, un grand concert de Rodolphe Burger, et une réflexion de Perrine Valli qui réunit une dizaine d’artistes masculins. Sans oublier ce point d’orgue au BFM: le dernier opus du chorégraphe flamand Alain Platel avec ses ballets C de la B, Tauerbach.

Créé: 12.04.2014, 18h59

Articles en relation

Lausanne met au concours la succession de René Gonzalez

Culture Le Théâtre de Vidy à Lausanne met au concours le poste de directeur, cinq mois après le décès de René Gonzalez. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.