Des trésors italiens volés exposés à l'Unesco

Trafic des biens culturelsVases antiques, tableaux des peintres baroques, statuettes précolombiennes: une trentaine d’oeuvres d’art, volées ou illicitement exportées ont été récupérées par les carabiniers italiens.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Cette exposition, qui est une synthèse de notre travail de terrain, vise à sensibiliser l’opinion mondiale sur la protection de patrimoine culturel», a déclaré le général Pasquale Muggeo de la brigade des carabiniers italiens.

Les pièces exposées à Paris depuis mercredi et jusqu’au 6 juillet 2012 ont été récupérées par le Département pour la protection du patrimoine culturel des carabiniers italiens, en collaboration avec les forces de police et les autorités judiciaires de pays tels que l’Équateur, les États-Unis d’Amérique, la France, la Grèce et la Suisse.

La Suisse qui par ailleurs «a apporté une généreuse contribution financière pour l’organisation de cette exposition dans le cadre de la coopération entre l’UNESCO et l’Office fédéral de la culture », précise Mme Maria Miñana de la section des traités pour la protection du patrimoine culturel à l'Unesco.

Un crucifix en ivoire du XIIe siècle

«On ne travaille pas seulement pour notre pays mais pour une quinzaine d’autres, notamment la Serbie, la Bulgarie et la République Tchèque. On oeuvre pour l’humanité toute entière », a ajouté le général Muggeo.

Parmi les pièces, figure un crucifix en ivoire du XIIe siècle, dérobé par des malfaiteurs dans la nuit du 9 au 10 novembre 1983 dans la cathédrale de San Sabino à Canosa di Puglia (sud-est de l’Italie), et retrouvé vingt-cinq ans plus tard.

«Proposé à la vente en France en avril 2008, le crucifix avait suscité la curiosité de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels. Grâce à la banque de données gérées par les carabiniers, une opération d’envergure internationale a mené à l’arrestation d’une Française", a raconté le général.

L’une des premières lettres de Christophe Colomb

Plusieurs vases antiques, deux portions de fresques byzantines, des tableaux du Guerchin et de Ludovico Carracci, une sélection d’incunables, l’une des premières lettres de Christophe Colomb imprimée en latin et deux panneaux de cassoni (coffres médiévaux) peints au XVe siècle par Bernardino Fungai, constituent la collection éphémère de trente et une pièces originales.

L’Italie a été le premier pays à créer en mai 1969 une unité spécialisée dans la prévention et l’élimination du trafic illicite des biens culturels. (AFP/nxp)

Créé: 21.06.2012, 11h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.