Le BBL décline l’amour tragique sous toutes ses formes

DanseQuatre pièces pour la rentrée des enfants de Béjart, disparates et dérangeantes. Critique.

Masayoshi Onuki incarne un... merveilleux Mandarin.

Masayoshi Onuki incarne un... merveilleux Mandarin. Image: Francette Levieux

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ah, l’amour, le moteur du genre humain, son drame aussi. Avec son nouveau spectacle inauguré mercredi à Beaulieu, Gil Roman pousse le BBL sur les sentiers de l’amour. Pas de fleur bleue ici, pas de romance, pas de pathos de quai de gare. L’amour chorégraphié par Béjart et son élève est romantique, tragique et fait contrepoint à la grâce des danseurs.

Avec «Piaf», c’est l’amour populaire qui vibre d’une passion infinie mais souvent désabusée aussi. Les hommes de la compagnie ont beau s’habiller de costumes de poulbot ou finir en sous-vêtements, on a l’impression que tout finira mal.

Dans «Tombées de la dernière pluie», dans ce rêve angoissé de Julien Favreau qu’une vidéo enferme dans un fort militaire, l’amour est hypnotique comme ces dix femmes au corps libre, à la danse pulsante qui font face aux angoisses du danseur. Kathleen Thielhelm occupe l’espace de son mystère, Lisa Cano le fait vibrer, Elisabet Ros le maîtrise.

Destins maudits et amours artificiels

L’amour est aussi celui qui lie dans la vraie vie Oscar Chácon et Kateryna Shalkina. Il éclate sur la musique romantique de Gustav Mahler dans le pas de deux de «Liebe und Tod», le plus intense moment de la soirée. Un moment suspendu, à la fois sombre et lumineux, par la grâce des deux danseurs que la légèreté des figures ne sauvera pas de leur terrible destin.

Rassasié, le spectateur doit encore trouver l’énergie pour «Le mandarin merveilleux», pièce exigeante sur la musique de Bartok, pantomime saccadée tout de noirceur où l’amour n’est qu’artificiel, la (fausse) fille des brigands attirant les hommes dans ses filets, dont un Masayoshi Onuki éclatant en Mandarin ressuscité. (24 heures)

Créé: 17.12.2015, 12h11

A l'affiche

Lausanne, Théâtre de Beaulieu

Jusqu'à dimanche 20 (complet)

www.bejart.ch

Articles en relation

Gil Roman a trouvé la danse pour canaliser son énergie

La Rencontre Le directeur du Ballet Béjart porte une œuvre magistrale de son maître à la patinoire de Malley. Plus...

Le BBL rouvre sa saison lausannoise en fanfare

Danse Le Ballet Béjart Lausanne retrouve Beaulieu pour les six représentations d’un programme chatoyant. Plus...

Gil Roman pousse le BBL au fond de l'inconnu

Danse Sauts, rebonds, chutes: le chorégraphe accompagne le Ballet Béjart hors des sentiers battus avec une nouvelle création spécialement imaginée pour les femmes de la compagnie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...