Passer au contenu principal

«Il n’y a que les Belges pour inventer ça»

Romancier, essayiste, poète, Jean-Baptiste Baronian a défriché son «Dictionnaire amoureux de la Belgique» sur le terrain.

Jean-Baptiste Baronian avoue qu’il aimerait tant que son Dictionnaire de la Belgique serve un peu d’antidote à l’aura maudite qui plane sur le Plat Pays depuis les attentats du 22 mars. «Comme le Paris est une fête , de Hemingway, que soudain, les gens se sont mis à relire après les drames du 13 novembre.» L’argument pourrait choquer. Mais cet esprit d’à propos qui chez d’autres, semblerait une stratégie commerciale déplacée, trouve ici un écho d’une justesse sensible. «Le Belge entretient un rapport curieux avec la réalité. Il se montre à la fois très pragmatique mais garde toujours une forme d’insolence. Son matérialisme se nuance d’autodérision, et vice versa. Ainsi, cette réalité qui l’enracine comme une terre porteuse de mystère, provoque aussi en lui des envies contestataires de magie, de dépassement par l’imaginaire.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.