Passer au contenu principal

«C’est un musée pour exposer de l’art, pas le talent des architectes»

Expert en architecture mondialement reconnu, Philip Jodidio signe l'ouvrage sur la réalisation du MCBA. Interview.

D'origine américaine, Philip Jodidio s'est établi en Suisse en 2005. Il vit désormais à Lausanne.
D'origine américaine, Philip Jodidio s'est établi en Suisse en 2005. Il vit désormais à Lausanne.
VANESSA CARDOSO

En Suisse depuis 2005, d’abord à Grimentz avant de revenir à la plus urbaine Lausanne, l’Américain Philip Jodidio aligne depuis de longues années dans sa bibliographie, et avec une avidité impressionnante, les grands noms de l’architecture contemporaine.

Tadao Ando, Renzo Piano, Jean Nouvel, Shigeru Ban, Oscar Niemeyer, Zaha Hadid… Il travaille en ce moment sur l’œuvre de Sir Norman Foster et vient de publier «Musée cantonal des beaux-arts Lausanne». Un ouvrage qui accompagne le projet de nouveau musée tout en remontant à l’origine de l’institution et en donnant la parole aux différents acteurs de Plateforme 10.

Qu’est-ce qui vous a amené à proposer ce livre?

J’ai trouvé intéressant qu’une ville comme Lausanne, qui n’est pas une grande ville, s’offre un, deux, trois musées (voire plus) sur un seul emplacement. Et comme je vis à deux pas, il y a environ deux ans, je me suis inquiété de savoir si une publication autour de cette réalisation était envisagée. La voilà! Éditée par les New-Yorkais Rizzoli Electa – l’ambition était d’avoir une distribution internationale. De leur côté, ils avaient envie de faire quelque chose en Suisse et ils ont été intéressés par le fait que ce soit un nouveau musée avec un élément d’architecture contemporaine. Un élément, peut-être un peu inattendu pour ne pas dire austère, mais que l’on finit par bien aimer.

Vous parlez de votre cheminement?

Au départ, ce qui se tramait me semblait un peu dur. Mais le bâtiment fini vit bien, il vit sa vie avec ses briques grises qui évoluent sous la lumière changeante du ciel lausannois. J’ai également compris que conserver la façade sud aveugle était davantage une nécessité sécuritaire qu’une volonté architecturale. Avec ses salles flexibles, sa belle lumière zénithale, c’est un musée pour exposer de l’art, pas pour exposer le talent des architectes. À Bilbao, Frank Gehry s’est fait plaisir! Un peu moins à la Fondation Vuitton, Bernard Arnault s’est assuré que cela soit aussi un musée. Mais tout dépend: à Abu Dhabi (Louvre) comme à Doha (Musée national), Jean Nouvel était avec des clients recherchant ce geste! Ici, le client, c’est l’État. On dit que Zaha Hadid a été écartée du concours – et je sais que c’est vrai – pour des raisons d’extravagances sur le plan formel et financier. Barozzi & Veiga appartiennent aussi à une autre génération d’architectes.

Celle qui ne se reconnaît plus forcément dans le geste architectural spectaculaire?

À Lausanne, l’ambition était clairement de faire de l’anti-Bilbao et en interrogeant l’ensemble des acteurs pour le livre, j’ai pu constater une communauté d’esprit autour du projet. Ce qui n’est pas souvent le cas! Le résultat s’en ressent, cohérent et en phase avec son époque. On est dans une certaine affirmation de l’austérité, l’ambiance générale impactant également l’architecture.

Un public se déplace sur les routes des architectures marquantes. Viendra-t-il à Lausanne?

Je l’espère. D’autant qu’il y a aussi le site de l’EPFL.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.