Cent ans de gravure contemporaine au Cabinet d’arts graphiques

ExpositionBeau panorama des tendances du XXe au XXIe siècle, grâce à la Société suisse de gravure, fondée en 1918.

«Berglandschaft» par Markus Raetz.

«Berglandschaft» par Markus Raetz. Image: MUSÉE D’ART ET D’HISTOIRE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Insolite, ce titre «Exclusivement contemporain» pour une exposition d’œuvres dont les plus anciennes datent d’il y a cent ans. C’est que la Société suisse de gravure, ou Schweizerische Graphische Gesellschaft (SGG), a toujours prôné la création. Chacune de ses commandes est donc forcément contemporaine de son époque.

Contemporaine et tirée à 125 exemplaires, un pour chacun des 125 membres de la SGG. Certains d’entre eux étant des institutions, comme le Cabinet d’arts graphiques du Musée d’art et d’histoire (MAH), celui-ci a puisé dans ses propres collections pour approvisionner la présente exposition.

Plusieurs cantons célèbrent cette année le centenaire de la SGG, chacun par une exposition différente. À Genève, le Cabinet d’arts graphiques a depuis dix ans pour conservateur le président de la SGG, Christian Rümelin. Ce dernier est le commissaire d’«Exclusivement contemporain», un accrochage en quatre espaces voués chacun à un aspect différent de la production éditée par la SGG depuis un siècle.

D’abord «L’être humain», où brille la première gravure de l’histoire de la société: «Paysanne s’habillant» par Édouard Vallet, qui avait 42 ans en 1918. Elle voisine avec des œuvres plus récentes, de Hans Erni, Paul Klee ou Markus Schinwald, né en 1973.

La section suivante accueille un choix de tirages apparentés à la photographie. Le troisième espace s’appelle «Lignes, aplats et variantes». On y trouve le premier triptyque de l’histoire de la SGG, signé John M Armleder. Hans Arp, Markus Raetz et Max Bill voisinent avec lui et bien d’autres.

Dans la dernière salle, place aux propositions les plus extraordinaires, comme cette cymbale du plasticien Vincent Kohler ou ce moulage en plâtre imitant le marbre, par Shahryar Nashat, natif de Téhéran. Du contemporain de 2014 et 2009.

«Exclusivement contemporain» Jusqu’au 3 février 2019 au Cabinet d’arts graphiques, promenade du Pin 5, www.mah-geneve.ch

(24 heures)

Créé: 06.11.2018, 13h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.