Passer au contenu principal

3 trucs à savoir sur… «La reine des neiges II»

Arendelle, ses filles libérées, son prince charmé, son bonhomme de neige, sa banque aux coffres pleins.

DR

1. Anna et Elsa ou le Girl Power

Fini de larmoyer «Un jour, mon prince viendra» et autres jérémiades. Avec une diplomatie plus moderne, Kristoff, le mâle aimé d’Anna, propose désormais ses services à sa dulcinée en péril, et basta. La blondinette a déjà fait ses plans. Après leur triomphe de 2013, les filles portent toujours la culotte dans «La reine des neiges II». Les garçons s’adaptent. Plus vieille de 3 ans, Anna entend une voix qui l’incite à partir vers l’inconnu, la Forêt Enchantée où se cachent les secrets des pouvoirs magiques susceptibles de sauver le Royaume. L’Islande automnale a inspiré de fabuleux paysages.

----------

2. Pour Disney, le compte est bon

Les sociologues s’interrogent encore sur le record récolté par «La reine des neiges», plus gros succès d’animation avec plus d’un milliard de dollars au box-office. Les studios ont bossé sur cette libre adaptation du conte d’Andersen – plus de 600 techniciens durant 2 ans et demi, le château de glace par exemple, requérant 50 animateurs sur 9 mois. Mais Disney a habitué à cette excellence. La thématique du féminisme, de l’héroïne incomprise, a sans doute bonifié une recette éprouvée. Soit aventure, drame et rigolade via des créatures secondaires mais forts en gags. Dany Boon en v.f., se fond d’ailleurs dans Olaf le bonhomme de neige.

----------

3. Libérées, délivrées, mais pas tout à fait

Hymne planétaire qui a pu casser les oreilles, «Libérée, délivrée» aura-t-il son équivalent tubulaire? Anaïs Delva a été remplacée par Charlotte Hervieux en v.f., mais les Kristin et Robert Lopez, auteurs-compositeurs, restent aux commandes. Soucieux de se faire entendre, Kristoff chante son premier solo, une ballade digne des clubs de karaoke des années 80. Petit gag, Olaf se demande si ces interprètes passeraient à «The Voice». À l’évidence, c’est l’animation ici, somptueuse, qui reste la star.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.