Passer au contenu principal

3 trucs à savoir sur... «Les secrets du Dr. Ruth»

Dans ce documentaire, la pionnière de la sexologie médiatisée se met à nu. Plus ou moins.

1 - Une délicieuse vieille dame indigne

À bientôt 92 ans, Dr. Ruth, alias Karola Ruth Siegel, garde la spontanéité tonique des expertes futées qui discutent orgasmes, maladies sexuellement transmissibles ou homosexualité avec le même naturel qu’une grand-mère vous donnerait la recette du gâteau aux pommes. Un talent que la fille de juifs orthodoxes allemands exerce depuis 1980.

----------

2 - Un docu peinard sur une nana explosive

Face à une héroïne idéale tant le charme pétillant de cette charismatique nana de 1m44 explose à l’écran, le réalisateur Ryan White ne cherche ni la fioriture dans la mise en scène ni la gravité sur l’exposé. Les faits se suffisent: l’exil en raison de la menace nazie quand ses parents lui sauvent la vie en l’expédiant en Suisse, puis en Palestine et en France, son ancrage aux États-Unis enfin. En cours de route, elle aura vécu trois mariages, eu deux enfants et même une carrière mondiale.

----------

3 - Plusieurs fois docteur honoris causa

La doctoresse explique que son éducation juive l’a débarrassée de tout complexe ou pudeur face au sexe. La pratique du Talmud, un humour inné et un cursus universitaire costaud lui ont appris à user d’un langage direct dès ses débuts à la radio. En 1984, Ruth «réseautait» déjà dans les médias américains. Et débarquait à «Femina» en 1989. Une figure du siècle aussi cocasse qu’universelle.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.