Après «Game of Thrones», Stephen Dillane persiste à la TV dans «Tunnel»

InterviewLe champion de la tragédie vote pour l’alliance franco-britannique de «Tunnel». Saison 2.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Féru de Tchekhov et Shakespeare, ce tragédien raffiné a conquis sa couronne d’«Actor’s Actor», soit la quintessence de la profession. «En d’autres termes, le public me déteste et les comédiens m’adorent», rétorque Stephen Dillane. Au-delà, les motivations télévisuelles de ce noble champion des planches intriguent. «L’argent, toujours l’argent!» lance goguenard, le presque sexagénaire. Au-delà de cette sincérité si rationnelle au moment de payer le loyer, le retrouver dans une deuxième saison de Tunnel enchante.

Face à la «Frenchie» Clémence Poésy, qui les sourcils froncés sur ses névroses, pose en fliquette mutique et célibataire, le Britannique déploie les finesses de son jeu. Basé à Northbourne, l’inspecteur Karl Roebuck transite vers Calais avec ses bagages, notamment le deuil d’un de ses cinq enfants, un garçon trucidé par un tueur en série, et des amours instables. A l’arrivée, la commandant Elise Wassermann, impliquée dans la mort de l’aîné de Karl, surnage entre son job de chef et son tempérament solitaire. «Les acteurs français diffèrent de notre style dramatique dans la mesure où ils attendent d’être dirigés par le metteur en scène. Du coup, disponibles à tout, ils osent sans doute des trucs auxquels ils n’auraient pas pensé spontanément. Nous, au contraire, préférons gérer nous-mêmes ces nuances.» A l’évidence, sur des plateaux où la rentabilité prime, la technique paie. «Et j’aime ça, ces gens qui bougent, prennent des décisions dans la minute. Ça change mes habitudes.»

Un sourire poli accueille les éloges de Game of Thrones quand ils se bardent de références à son maître, William Shakespeare. Il y a quelque chose de pourri aux royaumes, certes, mais de là à déclamer à cette hauteur, il n’y risquerait pas son armure. «La qualité des séries dans cet age d’or actuel, devient indéniable, notamment au niveau des scénarios. Et puis… jadis, un acteur de télé était snobé, même en Grande-Bretagne où les frontières de genre ont toujours été plus souples. Et les grands noms du cinéma ne boudent plus les feuilletons télé.»

Dépouillée des clichés, l’alliance des polices par-delà le Channel tombe à pic pour redorer la diplomatie franco-anglaise en butte aux velléités d’un «Brexit». «Que l’Angleterre quitte l’Europe, si ça nous préoccupe? Quand la série a été écrite, dix-huit mois avant le tournage, l’eurozone vacillait déjà, les partis de droite montaient en puissance chez nous. Cela s’est aggravé et ça montre combien il faut rester prudent dans la capacité à une série télévisée de refléter le monde contemporain.»

L’approche qui flirte parfois avec le documentaire, génère néanmoins de très sérieuses études, voir le récent Géopolitique des séries ou le triomphe de la peur, de Dominique Moia. Le consultant à Harvard décrète même que «les scénaristes sont les meilleurs analystes des sociétés et du monde contemporain, sinon les plus fiables des futurologues». Stephen Dillane acquiesce tout en relevant le caractère émotionnel de cette dynamique. Il note encore qu’à l’ère digitale, les citoyens d’Asie, d’Europe ou d’Amérique communient dans un même culte relayé par les réseaux sociaux. «Il y a une instantanéité contenue dans le produit, qui n’existait pas à mes débuts. Cette perception dans l’immédiat en donne aussi les limites.» Reste que Tunnel, adapté du Nordique Bron, s’engouffre dans l’actualité. En plus d’un solide thriller de base, elle n’esquive pas les vagues de migrants débarquant à Calais avec leurs rêves et leurs désillusions. «Bien sûr, ce type de divertissement offre une grille de lecture aux mécanismes de la société contemporaine, à tous les niveaux. A l’occasion, il peut aussi servir d’introduction à une culture, une économie, un système.»

Ainsi, au service de Game of Thrones depuis 2012, le comédien a senti l’adage vibrer dans ses os, «Winter is coming». A la saison 5, l’hiver est finalement arrivé pour le sire tourmenté de Peyredragon. Stannis Baratheon est mort, vive Stannis Baratheon! Durant quelques semaines, les internautes ont grenouillé sur sa potentielle résurrection, le romancier R. R. Martin lui réservant des prolongations là où la série télévisée indiquait un coup d’épée fatal. «Ah! Ah!, ironise le principal intéressé. Je vous confirme mon décès. Mais j’avoue ne pas m’intéresser du tout à ces bavardages sur la Toile.»

(24 heures)

Créé: 06.03.2016, 09h28

Stephen Dillane. (Image: DR)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...