En sacrant «ROMA» de Cuaron, le jury de la 75e Mostra crée un précédent

CinémaProduit par Netflix, ce film a obtenu le Lion d’or et ne sortira pas en salles. Il ne sera visible que par les abonnés de la chaîne.

Le cinéaste mexicain Alfonso Cuaron à la Mostra samedi.

Le cinéaste mexicain Alfonso Cuaron à la Mostra samedi. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il fallait bien que cela arrive un jour. A vouloir sélectionner des productions Netflix - deux à Cannes en 2017, trois cette année en concours à la Mostra - le risque de les voir primées s’en trouve accru. En décernant le Lion d’or à «ROMA» du Mexicain Alfonso Cuaron samedi soir à Venise, le jury de cette 75e Mostra crée un précédent. Car, sauf rares exceptions, exemple le festival Lumière en octobre à Lyon, le film ne sortira pas en salles et est destiné prioritairement aux abonnés de la chaîne de téléchargement en streaming. En 2017, la sélection de deux films Netflix en compétition à Cannes avait déclenché un tollé médiatique. Brisant la chronologie des médias - diffusion en salles, puis six mois plus tard en DVD, puis encore plus tard sur les petits écrans - pour passer directement sur les tablettes et écrans de télé de ses abonnés -, Netflix modifie des règles au long cours, particulièrement dans un milieu du cinéma peu perméable aux changements.

Reste le principal problème de ce palmarès. En primant «ROMA», le jury sacre un film mineur et un cinéma d’auteur à l’ancienne, esthétiquement soigné, voire léché (superbe noir et blanc, cadrages étudiés), et bien-pensant pour ce qui est du fond. Portrait désenchanté d’une famille mexicaine huppée du quartier Colona Roma de Mexico, tout cela dans les années 70, ce film évocateur se base sur l’enfance du cinéaste. On peut lui préférer des classiques de Luis Buñuel, Emilio Fernandez ou même Carlos Reygadas, lui-même en compétition cette année avec un magistral «Nuestro tiempo» qui n’a rien eu. Donné favori depuis quelques jours, «ROMA» éclipse quelques beaux films dont nous avions parlé, comme «Sunset» de Laszlo Nemes ou «Werk ohne Autor» de Florian Henckel von Donnersmarck.

Le cynique «The Favourite», sur les amours lesbiennes de la reine Anne dans l’Angleterre du début du XVIIIe, vaut un Lion d’argent à son auteur, le Grec Yorgos Lanthimos, et une coupe Volpi à la comédienne Olivia Coleman, démente dans le rôle de la souveraine. Ce qui nous convient parfaitement. Le prix de la meilleure mise en scène décerné à Jacques Audiard pour son western «Les frères Sisters» laisse davantage songeur. Il y fait surtout une démonstration de bon élève apte à diriger des pointures américaines pourtant ici pas si brillantes.

Cette odyssée autour de deux tueurs à gages brille même par son manque d’inventivité. Peut-on en dire autant de «The Ballad of Buster Scruggs» des Coen, autre western divisé en six segments, lui aussi produit par Netflix? Malheureusement oui, d’autant plus qu’il a reçu un prix du scénario pas forcément indispensable à nos yeux. Parmi les autres prix, notons une coupe Volpi à Willem Dafoe pour sa prestation en Van Gogh dans «At Eternity’s Gate» de Schnabel et le prix du meilleur espoir au jeune Baykali Ganambarr de «The Nightingale» de Jennifer Kent. Sans omettre le Verona Film Club Award décerné à la Genevoise Alexia Walther pour «Bêtes blondes», coréalisé par Maxime Matray, qui concourait à la Semaine de la critique et sur lequel nous reviendrons en détail à sa sortie. (24 heures)

Créé: 09.09.2018, 18h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.