«Et puis nous danserons» vole, touché par la grâce

CinémaEn Géorgie, le réalisateur suédois Levan Akin transcende les genres et bouleverse les clichés. Rentrez dans la danse.

Levan Gelbakhiani danse avec les étoiles.

Levan Gelbakhiani danse avec les étoiles. Image: Cineworx/DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Faire des entrechats avec un danseur et causer homosexualité au cinéma, la figure devient presque classique depuis «Billy Elliot» au début du siècle, jusqu’à «Girl», du Belge Lukas Dhont, l’an dernier. Mettant la barre plus haut que le dilemme identitaire, le réalisateur suédois d’origine géorgienne Levan Akin admet avoir cru un peu vite qu’à Tbilissi, autoproclamée «berceau de la danse en Europe» et «capitale gay-friendly», il trouverait un chaleureux accueil à son projet.

La résistance l’étonne encore, le tabou de l’homosexualité demeure. Lui pourtant voulait déporter la thématique dans un terrain plus universel. Depuis les années 20, la danse est devenue une arme contre l’envahisseur soviétique. Merab, étoile de l’Ensemble National Géorgien, se voit défié par l’arrivée d’un rival charismatique, Irakli. Le surdoué l’envie, il en tombe surtout éperdument amoureux.

Beaucoup d’élégance identique sentimentale préside ici, qui se nuance aussi par son contexte sociopolitique. Pour Merab, la libération du corps vient en écho à des aspirations plus vastes, celles des jeunes générations à rompre avec les diktats traditionnels. «La danse géorgienne repose sur la masculinité, il n’y a pas de sexe là-dedans, pas de place pour la faiblesse», psalmodie le maître de ballet. Tout en admirant les trésors chorégraphiques et polyphoniques du passé, Merab y mettrait volontiers un peu de modernité comme au temps de «Flashdance».

Créé: 05.12.2019, 14h48

«Et puis nous danserons»

Drame
(Suède, 110’, 14/16)
Cote: **

Articles en relation

Ariane Ascaride, actrice universelle

«Gloria Mundi» Ariane Ascaride a obtenu la Coupe Volpi de meilleure actrice à la dernière Mostra vénitienne, où «Gloria Mundi» figurait en compétition. Interview. Plus...

3 trucs à savoir sur... «The Current War»

Cinéma Inspiré de faits réels, le film d'Alfonso Gomez-Rejon a souffert d’une fabrication chahutée. Dommage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.