«L’homme irrationnel»: Woody Allen s’endort

CinémaCet opus mineur dans la carrière de son auteur ressemble à une accumulation de poncifs.

Visionnez la bande-annonce du nouveau film de Woody Allen.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Professeur de philosophie, Joaquin Phoenix se trouve en plein marasme existentiel. Dès son arrivée sur le campus d’une petite ville, il va entamer deux liaisons. L’une avec une collègue et l’autre avec sa meilleure étudiante. D’où une première partie entretenant les poncifs avec une désinvolture désarmante. Faux ménage à trois que ni le scénario ni les comédiens ne parviennent à crédibiliser, L’homme irrationnel change de registre dans sa seconde partie pour dévier vers le thriller.

Mais un thriller absurde, puisque c’est suite à une conversation entendue par hasard par deux des personnages que leur destin va basculer. Aucun doute n’est permis à la vision de ce fatras: Woody Allen n’est pas en grande forme. Passe encore que ce qu’il raconte soit un peu tiré par les cheveux, ce n’est pas la première fois que cela lui arrive (même son précédent opus, Magic in the Moonlight, accusait déjà des signes de faiblesse). Mais le voir s’empêtrer dans des minauderies pour ados décérébrés (la piètre prestation d’Emma Stone le confirme), tout en se piquant de déclarations philosophiques entre deux répliques, ça ne va pas. Dans L’homme irrationnel, il plafonne et s’endort. Film paresseux et sans grand intérêt, cet opus mineur déçoit clairement avec une accumulation de clichés qui font ressembler le film à une bluette indigne de son auteur.

Créé: 14.10.2015, 10h47

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.