Le GIFF, un regard panoptique sur les écrans

FestivalL’affiche de la 24e édition de la manifestation offre un miroir stimulant du présent et ose l’exploration de l’avenir.

Peter Greenaway recevra le Prix Film & Beyond.

Peter Greenaway recevra le Prix Film & Beyond. Image: EPA/ESTELA SILVA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Si l’importance d’un festival devait se mesurer à l’épaisseur de son programme artistique, il faudrait alors placer le GIFF (Geneva International Film Festival) parmi les plus grands événements du septième art. Un détour par le quantitatif dit ce qu’est devenu aujourd’hui ce rendez-vous cinématographique qui ne cesse d’allonger sa foulée. À l’annonce, mardi, de son affiche – il se déploiera du 2 au 10 novembre – les tenanciers peuvent se targuer d’avoir su aimanter 250 invités de rang, de pouvoir présenter 164 œuvres en première suisse et d’offrir une plongée stimulante dans l’avenir à travers 34 projets immersifs.

Mais bien évidemment, par-delà ces quelques données volumineuses, le festival dirigé par Emmanuel Cuénod renouvelle, à travers ses multiples sections, un regard pertinent sur ce qui se fait de plus tonique dans le territoire des écrans, grands et petits. Mission saluée d’ailleurs par l’Office fédéral de la culture, qui soutient depuis 2017 la manifestation, et par la Ville de Genève, qui a décidé d’étendre ses subventions à hauteur de 10% pour 2019 et de 15% pour l’année suivante.

Mais revenons à l’affiche, pour souligner tout d’abord la pléthore d’événements qu’elle soumet aux festivaliers. Dans les multiples voies parcourables, il ne faudra pas manquer celle de la Compétition internationale de longs-métrages. Ici, dix propositions ont été retenues parmi les 600 œuvres candidates. On croisera, parmi les élus, les frères Damiano et Fabio D’Innocenzo et leur «Boys Cry», portrait cru d’une jeunesse délinquante des quartiers sensibles de Rome, ou Khavn De La Cruz, qui, avec «Bamboo Dogs», signe un road-movie noir et halluciné.

Dans les Highlight Screenings, vaisseau amiral des sections du festival, les programmateurs ont placé treize autres réalisations attendues. Quelques exemples? Celles de l’Américain Steeve McQueen («Widows»), de la Japonaise Naomi Kawase («Vision») ou du Sud-Coréen Hong Sang-soo («Grass»). Ailleurs encore, la compétition des séries TV rappelle le degré d’excellence qu’a acquis le genre en dehors de son territoire quasi naturel, les États-Unis. Angleterre et Israël seront ici représentés en nombre conséquent.

Le GIFF, c’est cela, mais aussi un regard rivé vers ce qui se mijote de plus novateur dans les technologies numériques. Ainsi, 600 mètres carrés seront cette année encore consacrés, au cœur de la maison communale de Plainpalais, à la création en images virtuelles. La Compétition internationale d’œuvres immersives rendra compte de cette pulsation. Enfin, on célébrera Peter Greenaway, inoubliable réalisateur de «The Belly of an Architect», de «Zoo» ou de «Drowning by Numbers». Le festival lui décernera le Prix Film & Beyond pour son parcours cinématographique et pour ses créations dans les domaines de la photographie, du dessin et de l’art plastique.

GIFF, Geneva International Film Festival, du 2 au 10 nov. www.giff.ch (24 heures)

Créé: 31.10.2018, 12h16

Articles en relation

Peter Greenaway sacré maestro par Visions du Réel

Cinéma Le Festival a décerné son prix «Maître du Réel» au cinéaste anglais. Rencontre avec ce créateur de «peintures avec bande-son» Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...