Malgré son annulation, le FIFDH a eu lieu en ligne et annonce son palmarès

FestivalPlusieurs films ont été primés et 55'000 internautes ont suivi l’événement sur le Net.

Le Grand Prix de Genève du FIFDH 2020 a été attribué à «Colectiv» du Roumain Alexander Nanau.

Le Grand Prix de Genève du FIFDH 2020 a été attribué à «Colectiv» du Roumain Alexander Nanau. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le FIFDH (Festival du film et forum international sur les droits humains) a été annulé, mais le Festival 2.0 a tout de même eu lieu, grâce à la réactivité d’Isabelle Gattiker, sa directrice, et de toutes ses équipes. Par streaming, sur le Net, permettant aux différents jurys de visionner les œuvres retenues dans les différentes sections. Est-ce une bonne chose? Difficile d’y répondre par la positive, tant la décision de maintenir un événement dans le contexte d’une actualité alarmante ne fait pas forcément sens.

Sous cette forme hybride et confinée, le FIFDH a probablement dû ramer pour intéresser des internautes, même si un communiqué nous assure que le programme 2.0. a réuni activistes, artistes, journalistes ou encore cinéastes pour des débats et entretiens diffusés en direct sur internet. «Ne nous enlevez pas la seule chose qui nous reste: la possibilité de témoigner», a notamment déclaré sur la scène du Festival Abdul Aziz Muhamat, activiste pour les réfugiés, lauréat du Prix Martin Ennals 2019.

«L’opinion publique doit prendre la parole. Lorsque nous nous réduisons au silence, c’est notre société que nous affaiblissons.» Le FIFDH a fait sien ce mot d’ordre d’Agnès Callamard, rapporteuse spéciale de l’ONU sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires et arbitraires, qui était présente à Genève pour plusieurs débats. Ce sont au final près de 30 débats et entretiens diffusés sur le Net qui auront généré en dix jours plus de 55'000 vues de vidéos entre YouTube et Facebook.

Communiqué samedi, son palmarès prime des films que nous n’avons pour la plupart pas pris le temps de voir, tant la focalisation en streaming demeure encore par trop contraignante pour de multiples raisons. Grand Prix de Genève doté de 10'000 francs, le thriller politique «Colectiv», du Roumain Alexander Nanau, sera prochainement diffusé sur la RTS. Il traite de la corruption gouvernementale sous un angle visiblement inédit.

Du côté des fictions, «Maternal» de Mauro Delpero, production argentine que nous avions pu découvrir à Locarno et qui observe les mères adolescentes, a reçu le Grand prix fiction et droits humains, lui aussi doté de 10'000 francs. Parmi les innombrables autres prix, on se réjouit particulièrement de la mention spéciale obtenue par «Sous la peau» de Robin Harsch (lire nos éditions de vendredi 13 mars) au sein du jury de La Clairière, et de cette autre mention spéciale récompensant «Ceux qui travaillent» du Romand Antoine Russbach, décernée cette fois par le jury de Champ-Dollon.

Mais on se réjouit encore plus de retrouver le FIFDH en 2021, cette fois en vrai, en espérant que la pandémie que nous traversons actuellement soit de l’histoire ancienne. Ce sera du 5 au 14 mars, pour une 19e édition qu’on souhaite plus foisonnante que jamais.

Créé: 15.03.2020, 21h35

Articles en relation

Le FIFDH est annulé

Coronavirus Le 18e Festival du film et forum international sur les droits humains de Genève (FIFDH) devait se dérouler du 6 au 15 mars. Plus...

Le FIFDH met en avant de très beaux personnages féminins

Droits humains L’avocate israélienne Léa Tsemel a inspiré un film en forme d’hymne au courage et à la détermination. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.