«Mario», histoire d’amour gay dans le foot suisse

Marcel Gisler filme deux joueurs qui tombent amoureux et ont une liaison au sein de leur club.

Aaron Altaras et Max Hubacher dans «Mario».

Aaron Altaras et Max Hubacher dans «Mario». Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’homosexualité dans le football. Voilà un sujet particulièrement tabou. Le réalisateur Marcel Gisler a d’ailleurs eu quelques difficultés à financer son film, nous avait-il raconté il y a quelques années. On peut le concevoir. Aujourd’hui, «Mario», précédemment montré à Soleure et à Locarno, est un film d’amour, finalement soutenu par le club des Young Boys, presque comme les autres. Le jeune Mario y tombe amoureux de Leo, un attaquant venu d’Allemagne. Très rapidement, ils comprennent qu’ils sont attirés l’un par l’autre et ont une relation.

Mais des rumeurs les concernant commencent à circuler dans le club, et elles se font de plus en plus insidieuses. Le film traite son sujet sans insister sur la thématique du coming out, qui demeure ici périphérique quoi qu’on en pense, ni dramatiser l’aspect sociétal du sujet. «Mario» conte d’abord l’échec d’un amour, et à coups de digressions parvient très vite à dépasser le contexte corseté de son thème. Les deux jeunes comédiens incarnant ces footballeurs gays (Max Hubacher et Aaron Altaras) sont justes et convaincants, évitant le danger de la caricature comme celui du romantisme niais. La mise en scène de Gisler, d’un classicisme éprouvé, ne cherche jamais à se montrer supérieure à ce qu’elle filme et de nombreux longs métrages d’auteurs devraient prendre exemple sur ce film.


Drame (CH, 119’, 16/16) Cote: *** (24 heures)

Créé: 06.11.2018, 23h01

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.