Michel Simon fulmine pour l’éternité à travers le nombril de «L’Atalante»

CinémaLa Cinémathèque présente le chef-d’œuvre restauré de Vigo. Et une intégrale.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Difficile d’imaginer sous la simplicité géniale de «L’Atalante», le cortège tordu de misères que sa réalisation a valu à son créateur Jean Vigo. Le Niçois décédait à 29 ans, en 1934, peu après avoir bouclé ce film unique. En une intégrale, la Cinémathèque salue ce fou de cinéma, si passionné qu’il se disait «prêt à ramasser le crottin des vedettes» rappelle François Truffaut. Le champion de la Nouvelle Vague classait «L’Atalante» parmi les dix plus beauxfilms de tous les temps mais la version présentée mardi à la Cinémathèque revient de loin. La preuve d’ailleurs, est exposée ces jours au Musée de Pully, avec la première affiche du chef-d’œuvre, «Le chaland qui passe». Ce titre fut imposé par les producteurs car il se référait à une ritournelle en vogue. Mais «L’Atalante» a survécu, jusqu’à retrouver sa «pureté originelle» grâce notamment à Bernard Eisenschitz. L’historien a supervisé la restauration de toute l’œuvre, désormais immortalisée en coffret Blu-ray.

Pour «L’Atalante», Eisenschitz a travaillé sur six copies. Dès sa sortie, ce conte moderne a été soumis à des «supputations de final cuts douteux». Le fameux Henri Langlois, fondateur de la Cinémathèque française, avait même songé à un montage idéal intégrant «ces choses tellement superbes que Vigo avait retirées». La scène où Michel Simon donne une clope à fumer à son nombril tatoué, a failli elle, être carrément censurée.

L’acteur aimait raconter comment le film avait été terminé avec des chutes de pellicule ramassées ici et là, produit par un marchand de fruits aux maigres moyens. N’empêche que Vigo au montage s’ingénia à tendre à la concision la plus dense. De quoi tirer un film en creux, «Tournage d’hiver», qui rassemble les coupes voulues ou forcées. Créateur en transe et rémission, Vigo ne s’embarrassait pas de plaire. Voir le portrait que signe Jacques Rozier en 1964. Loin de l’habituel «Rimbaud du cinéma», ses amis le décrivent «anar, très farceur». Voir son «Zéro de conduite», interdit pendant 12 ans. Là encore, le critique Truffaut s’extasiait: «Pour une idée théorique, on compte neuf inventions cocasses, poétiques ou déchirantes».


Lausanne, Cinémathèque suisse

Intégrale Jean Vigo, lu 26-me 28 nov., «L’Atalante», ma 27, 20 h 30. www.cinematheque.ch Coffret Jean Vigo, dist. Gaumont

(24 heures)

Créé: 25.11.2018, 22h54

Articles en relation

La Cinémathèque sort ses trésors de papier

Exposition L’institution célèbre ses 70 ans au Musée de Pully, avec la présentation d’affiches arrachées à un siècle de septième art. Freddy Buache, son président, se souvient. Plus...

David Lynch essore l’encre noire de ses idées

Panorama Une rétrospective, deux expositions, le Musée Forel à Morges, la Cinémathèque à Lausanne et la Fondation Fellini à Sion vivent à l’heure de l’Américain, artiste pluriel. Plus...

Le cinéma suisse s’ouvre aux migrants

Carte blanche Frédéric Maire rappelle que la question de la migration est un sujet récurrent de notre cinématographie. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...