Trois trucs à savoir sur... «La dernière folie de Claire Darling»

CinémaCatherine Deneuve la joue névrosée sous l’oeil très pro de sa fille Chiara. Un duo d’actrices impeccables.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

1. Comédiennes de mère en fille

Chiara Mastroianni, 46 ans, n’a jamais caché ses doutes quant à sa capacité à suivre les traces de ses parents, Catherine Deneuve et Marcello Mastroianni. Mais l’évidence a crépité jusqu’à s’imposer avec une pleine maturité. La preuve dans «La dernière folie de Claire Darling». Comme un test, chaque rencontre sur grand écran entre la mère, 75 ans, et la fille, confirme l’affirmation de leur totale indépendance artistique. Après «Ma saison préférée» d’André Téchiné, «Les bien-aimés» de Christophe Honoré, «Trois sœurs» de Benoît Jacquot, «Un conte de Noël» d’Arnaud Desplechin, les voici à nouveau partenaires. La blonde et la brune déjouent les méandres des névroses familiales, d’héritages pourris en perversions mémorielles. Jusqu’à flamber dans la lumière. Un feu de joie.

2. Se réinventer en fil rouge incandescent

Si le temps d’un film, Catherine Deneuve et Chiara Mastroianni éclipsent leur généalogie, les actrices en retissent surtout une autre. Et la réalisatrice Julie Bertuccelli ne ménage pas sa peine. En délicieuse aïeule frappée de l’alzheimer quand ça l’arrange, Mme Claire Darling papillonne dans ses fantasmes et cauchemars. Même le curé en acceptera de pratiquer un exorcisme pour lui plaire. Tout ici prend une charge symbolique. La vieille dame indigne, hantée par la mort de son fils, puis peu après, celle de son mari, collectionne par exemple des automates. Dans le théâtre de marionnettes de son existence, la manipulatrice se laisse peu confondre. Quitte à jouer au Guignol.

3. Partition classique

Au-delà, Julie Bertuccelli joue souvent sur un air de déjà-vu, mais son brio séduit.

Drame
(Fr., 94’, 16/16)
Cote : **

Créé: 05.02.2019, 20h46

Articles en relation

Les favoris aux Oscars se bousculent sur vos écrans, dont… «La favorite»

Cinéma La saison des films à tête d’Oscar est lancée. Plus...

«Beautiful Boy», drogue dure et film trop doux

Cinéma Felix Van Groeningen dirige Steve Carell et Timothée Chalamet dans ce film un peu quelconque. Plus...

«Nicky Larson», de l’humour et des guests

Cinéma Philippe Lacheau est aux commandes de ce film, devant et derrière la caméra. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.