Passer au contenu principal

Bong Joon-ho en virtuel au FIFF

Le cinéaste coréen donnera une vidéoconférence depuis Séoul pour expliquer sa carte blanche.

Le réalisateur Bong Joon-ho.
Le réalisateur Bong Joon-ho.
VQH

Pris par les finitions de «Parasite», pressenti en mai au Festival de Cannes, le réalisateur Bong Joon-ho a annulé sa venue au Festival international de films de Fribourg. Mais ce Coréen cinéphile, carte blanche de la 33e édition, s’explique en vidéos introductives, et surtout en direct depuis Séoul. L’option de trois cinéastes américains, John Frankenheimer, Jerry Schatzberg et Steven Spielberg, dit sa fascination des seventies occidentales. À cette époque, lui se faisait une éducation cinéphilique sur le tas, à la télévision et de surcroît à travers des films censurés par le régime militaire.

En miroir, trois réalisateurs asiatiques montrent la force du cinéma en pouvoir de résistance sociale. Entre le vétéran Akira Kurosawa et le contemporain Wong Kar-wai se glisse le Coréen Kim Ki-youn et «Transgression». Tout un programme.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.