Passer au contenu principal

Étienne Chatiliez, petit-fils de pub et cinéaste d'époque

Balisé phénomène de société, Tanguy revient. En flagrant délit d’autodérision, le réalisateur, qui l’accoucha en 2001, s’amuse même de voir son «enfant boomerang» toujours aussi détesté.

Tanguy revient taper l’incruste, même pas peur! Les temps ont changé et le nouveau film du grand Duduche sociétal que ses parents veulent éjecter du nid, ne semble pas, cette fois, promis au culte. Son réalisateur Étienne Chatiliez, doté d’un solide sens de l’humour, prend l’aléa avec flegme. En ancien petit-fils de pub, le Parisien au bon sens provincial sait les caprices de la mode. Explosant les vitrines du cinéma générationnel il y a 20 ans, le sexagénaire a aussi connu les flops et les galères. Reste ce flair inné pour détecter les grandeurs et misères de la bourgeoisie ronronnante.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.