Passer au contenu principal

Face à Spectre, l’agent 007 peut compter sur les filles

Dragueur et macho, James Bond se civilise… un peu mais pas trop. Analyse de l’expert Frédéric Brun

Daniel Craig et Naomie Harris.
Daniel Craig et Naomie Harris.
Rankin

Depuis Skyfall, l’agent 007 s’appuie toujours plus sur ses codes identitaires. Spectre confirme, démarrant sur le plus long prologue de la série, exotique à souhait à Mexico City. De quoi ménager ensuite l’entrée d’une impératrice romaine, la diva Bellucci. Alors que le fantôme de la patronne du MI6, feu M, hante l’intrigue, une Bond Girl frenchie typique vient séduire l’espion, la sensuelle mais cérébrale Léa Seydoux. Quant à Miss Moneypenny, elle ne se contentera pas de compter les points. Mine de rien, les filles mènent la danse de Spectre. Le Français Frédéric Brun, historien et expert en la matière, a écrit plusieurs livres sur la mythologie «bondienne». Analyse.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.