Au Festival de Locarno, les politiques parlent mais ne disent rien

CinémaLa manifestation a débuté mercredi, avec deux films sur la Piazza Grande, mais elle n’a pas encore décollé.

La cheffe de l’Office fédéral de la culture, Isabelle Chassot, et le président de la Confédération, Alain Berset, mercredi au 71e Locarno Festival.

La cheffe de l’Office fédéral de la culture, Isabelle Chassot, et le président de la Confédération, Alain Berset, mercredi au 71e Locarno Festival. Image: PETER KLAUNZER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le moment peut paraître surréaliste. Il faut s’imaginer sortir d’une projection matinale d’une comédie délirante de Leo McCarey de 1934, «Six of a Kind», puis atterrir à la conférence de presse annuelle de l’Office fédéral de la culture, passage obligé à Locarno pour Alain Berset, Isabelle Chassot, cheffe de l’OFC, et Ivo Kummer, chef de la section cinéma.

L’instant est solennel, un rien guindé, et les officiels font leurs annonces devant un parterre de journalistes polis. On se demande surtout qui peut encore avoir envie de s’intéresser à ça alors que le festival démarre et que les projections nous appâtent de toutes parts.

C’est sans doute pour la même raison que le festival programme cette rencontre au tout début, comme s’il s’agissait d’une formalité à expédier. Qu’y a-t-on appris? Rien, au bas mot. Que le thème de la cohésion sociale est désormais au cœur des préoccupations de l’OFC, que ce dernier va aussi s’axer sur la promotion du romanche, que les ministres de la Culture européens ont été invités à Davos en janvier dernier pour une conférence sur le patrimoine culturel (merci du scoop) et que le prochain «message culture» définira des mesures concrètes pour mettre en œuvre la stratégie de la Confédération dans ce domaine.

En vingt minutes, l’affaire est pliée et les journalistes s’éparpillent, non sans ramasser quelques graphes sur l’augmentation du nombre de documentaires, la baisse des coûts des coproductions minoritaires et des courbes comparatives des fictions suivant qu’elles soient signées par des hommes ou des femmes. Mais pour le cinéma, c’est ailleurs que ça se passe.

Par exemple sur la Piazza Grande, mercredi soir, où il fallait quand même tenter le grand écart en programmant à la suite un court-métrage génial de 1929, «Liberty», classique avec Laurel et Hardy (de McCarey) suspendus dans le vide, et le deuxième long-métrage d’un Français peu connu, Vianney Lebasque, qui se lance dans la comédie sportive avec «Les beaux esprits».

Plaisant mais peu surprenant, le film se déroule durant les Jeux paralympiques, avec une équipe de bras cassés se faisant passer pour des déficients mentaux afin de ne pas perdre leur subvention. C’est un peu du feel good movie aux effets garantis, mais trop sommaire et digressif pour emporter totalement l’adhésion. On aurait tout de même souhaité plus d’audace et du cinéma moins formaté en ouverture de l’événement.

Mais Carlo Chatrian, directeur du festival, avait annoncé la couleur dans nos colonnes en parlant d’une Piazza plutôt mainstream cette année. C’est donc en compétition qu’on va tenter de trouver matière à équilibrer. Par exemple avec «A Family Tour» du Taïwanais Ying Liang, curieuse mise en abyme dans le monde du cinéma, qui se double d’un joli portrait familial. Là aussi, on stagne un peu dans ce cinéma d’auteur de festival qui fonctionne en vase clos. En d’autres termes, le 71e Locarno Festival ne semble pas encore avoir commencé. Mais Meg Ryan, Bruno Dumont et Jérémie Renier s’apprêtent à débarquer…

Locarno Festival - Du 1er au 11 août 2018 (24 heures)

Créé: 02.08.2018, 22h01

Articles en relation

La 71e édition démarre ce soir avec le film «Liberty»

Festival de Locarno Plusieurs stars internationales sont attendues au festival qui affiche, au programme, plus de 300 films de 60 pays. Plus...

Une édition humaniste pour le Locarno Festival

Cinéma Les organisateurs présentent mercredi la programmation du Festival de Locarno, qui se déroulera du 1er au 11 août. Plus...

Locarno, le dernier défi de Chatrian

Festival de Locarno Le directeur du festival se confie sur la 71e édition, qui débute mercredi. Plus...

«Ce n’est pas monsieur Weinstein qui influencera notre décision»

Festival Alors que la 71e édition a levé son voile, le président de Locarno évoque le départ de «son» directeur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 19 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...