«La fille au bracelet», plaidoirie réussie

CinémaLa talentueuse Anaïs Demoustier est dirigée par son frère Stéphane dans un film démontant les mécanismes judiciaires.

«La fille au bracelet» démonte les mécanismes judiciaires d’une affaire traversée de zones d’ombre.

«La fille au bracelet» démonte les mécanismes judiciaires d’une affaire traversée de zones d’ombre. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour Anaïs Demoustier, «La fille au bracelet» est un parfait exemple de contre-emploi. Mais aussi la preuve que cette comédienne, l’une des meilleures de sa génération, peut absolument tout jouer. C’est donc dans un rôle de procureure qu’on la retrouve dans ce film réalisé par son propre frère, Stéphane Demoustier.

Long métrage à procès, «La fille au bracelet» démonte les mécanismes judiciaires d’une affaire traversée de zones d’ombre. Accusée du meurtre d’une de ses meilleures amies, Lise (incarnée par une inconnue, Mélissa Guers), mineure au moment des faits, nie toute implication. Mais comme le doute est censé profiter à l’accusé, la mécanique judiciaire ne devrait pas broyer Lise.

La théâtralité du dispositif, réduit à sa stricte dimension de tribunal de province, sans luxe ni clinquant, fait résonner les partitions des acteurs, qui brillent sans faire de numéros particuliers. Aidé par la dramaturgie de son intrigue, Stéphane Demoustier construit un suspense qu’il ne cesse de désamorcer. Car la résolution du mystère compte in fine moins ici que la dimension humaine qui se niche sous le drame. En cela, «La fille au bracelet» (celui-ci est électronique et délivré aux personnes en liberté surveillée) évoque ces grands faits divers ayant débouché sur des procès passionnels parfois retentissants. Prenant du début à la fin.

Créé: 05.02.2020, 08h42

Critique

«La fille au bracelet»

Drame
(Fr., 95’, 16/16)
Cote: ***

Articles en relation

Elie Semoun: «Le rire permet de se guérir soi-même»

Cinéma L’humoriste se met en scène en pion dans «Ducobu 3». Interview. Plus...

Trois choses à savoir sur… «La communion» («Corpus Christi»)

Cinéma Un drame polonais passionnant et bien servi par un excellent jeune acteur, Bartosz Bielenia. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...