«Ma fille» («Figlia mia») fascine entre anges et démons

CinémaLa jeune cinéaste romaine Laura Bispuri chronique un trio familial infernal avec une infinie délicatesse.

Dans «Ma fille», de Laura Bispuri, la jeune Vittoria (Sara Casu), face à l’explosive Angelica (Alba Rohrwacher), se laisse prendre aux jeux de séduction chers aux adultes.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans «Ma fille» («Figlia mia»), présenté à la dernière Berlinale, la réalisatrice Laura Bispuri explique avoir voulu «fusionner» un choc d’actrices dans la texture la plus réelle possible. Et une magie solaire opère souvent dans ces paysages d’une Sardaigne dépouillée de clichés. A priori, le duel s’arbitre entre deux tempéraments opposés. Merveilleuse comédienne, même quand la Florentine n’évolue pas sous le regard bienveillant de sa sœur réalisatrice Alice, la diaphane Alba Rohr­wacher impose une musique immédiate dans ses apparitions. Et ça ne rate pas ici, où la jeune fille au teint de modèle préraphaélite mue en ravageuse créature.

Loin de laisser magnifier sa beauté énigmatique, l’actrice révèle une vamp explosive, les mèches hirsutes et le lyrisme bouillonnant, transpirant. Rien de pittoresque ici. Face à ce rouleau compresseur de séduction étrange, une petite enfant rouquine découvre les jeux des adultes. Vittoria, 10 ans, est happée par le charme fantasque de cette Angelica, un ange ou un démon. Survient alors l’autre pôle féminin, sa mère Tina, une madone à la perfection a priori inaltérable, qui voit d’un mauvais œil le manège de la blonde. La brune s’inquiète, se tourmente. Très vite, il devient palpable que les démons de la jalousie ne peuvent être rendus seuls responsables d’un malaise croissant.

Valeria Golino se charge d’incarner cette figure a priori antipathique. Mais dans cette chronique au vérisme revendiqué sous ses nuances délicates, aucune vérité ne s’établit en codes définitifs. Blonde, brune, rousse: la nuance prime.

Chronique: Italie, 97', 16/16
Cote: ** (24 heures)

Créé: 12.09.2018, 11h31

Articles en relation

Le Suisse Markus Imhoof confronte les migrants au glamour berlinois

Festival de Berlin Le cinéaste vedette a présenté «Eldorado» en sélection officielle hors compétition. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...