Passer au contenu principal

François Ozon rend justice envers et «Grâce à Dieu»

Le film du réalisateur français, primé au Festival de Berlin, menacé d'interdiction, donne froid dans le dos sur un sujet brûlant, la pédophilie religieuse. Explications.

Extrait du film «Grâce à Dieu».
Extrait du film «Grâce à Dieu».
DR

François Ozon, scénariste et réalisateur de «Grâce à Dieu», explore quasi en direct les arcanes de la pédophilie religieuse. À peine détaché de la réalité par deux cartons préventifs en générique qui insistent sur la présomption d’innocence, son film suit la quête à Lyon, en 2015, d’un ancien scout, Alexandre Dussot-Hezez, abusé sexuellement par le père Bernard Preynat. Ces exactions, sur lui et ses camarades, auraient été répétées de la fin des années 1970 aux années 1990. D’autres victimes de ce prêtre toujours en exercice, rejoignent sa cause. Au vu de l’inaction des autorités religieuses, sa geste prend une ampleur déterminante, se fonde en une association, La parole libérée, qui réclame désormais que soient condamnés les complices silencieux des pédophiles, tel le cardinal Barberin. Verdict le 9 mars. En l’attendant, «Grâce à Dieu» rend justice.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.