«Happy Birthdead», jouissif thriller horrifique

CinémaUne jeune femme revit continuellement le jour de son meurtre et recherche l’identité de son meurtrier.

Vidéo: YouTube / Universal Pictures France


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La structure de Happy Death Day (dont on renonce à commenter le titre français, Happy Birthdead) est identique à celle d’Un jour sans fin. La trame est simple. Prisonnière d’une boucle temporelle, Tree revit continuellement le jour de son meurtre. Pour s’en sortir, au propre comme au figuré, il lui faudra trouver l’identité de son meurtrier (masqué).

L’intrigue évolue dans le bon sens, chaque répétition amenant un rebondissement, jusqu’à une double conclusion que rien ne laisse entrevoir. Le film cite du reste nommément Un jour sans fin, prenant même le luxe de se moquer de l’original. Un jouissif petit thriller horrifique. (24 heures)

Créé: 14.11.2017, 22h16

Le film

Horreur
(USA, 14/16, 97’)

Cote:

***

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

À défaut d'accord-cadre, Jean-Claude Juncker et Doris Leuthard se sont félicités à Berne de la nouvelle «dynamique positive» entre l'UE et la Suisse, qui débloquera par ailleurs 1,3 milliard pour les pays de l'Est (publié le 24 novembre 2017)
Plus...