Jeff «The Dude» Bridges prend le large sur ses tournages en photographe atypique

InterviewL'acteur documente depuis plus de trente ans la vie de ses tournages dont le cultissime «The Big Lebowski». Coup de fil.

Jeff Bridges (à dr.) au bowling sur le tournage de «The Big Lebowski».

Jeff Bridges (à dr.) au bowling sur le tournage de «The Big Lebowski». Image: © 1998 JEFF BRIDGES

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’acteur Jeff Bridges tourne depuis l’âge de 2 ans – oui, il fait une apparition dans «The Company She Keeps» dès 1951! – mais, sur une carrière de plus de 60 ans, le rôle de sa vie est incontestablement celui de «The Dude», zonard en majesté dans «The Big Lebowski» des frères Coen, personnage culte du cinéma américain qui fête cette année ses 20 ans d’existence. À cette occasion, le comédien a mis à la disposition de Vevey Images ses photographies de tournage qui se retrouvent au Jardin du Rivage, agrandies sur des échafaudages en clin d’œil aux décors hollywoodiens. Coup de fil à un acteur que l’on confond volontiers avec sa créature – «le Duc tient bon» (ndlr: «The Dude abides») comme il le dit si souvent à l’écran.

On pensait savoir que l’ennui régnait sur un tournage, mais, avec vos photographies, c’est confirmé!

Ce n’est pas vraiment par ennui que je réalise ces images, mais il y a en effet pas mal d’intervalles, de mises en place entre les scènes… Je prends donc souvent ma guitare ou un bouquin avec moi. Ou je médite. On ne peut pas toujours bavarder et boire du café. Et depuis que je suis gamin, je prends des photos. J’adore la chambre noire, l’argentique, surtout pas le numérique. Il y a ce plaisir de la surprise, le fait de découvrir des images que l’on avait même oublié d’avoir faites.

Comment avez-vous découvert l’appareil Widelux qui vous permet ce format panoramique?

Je me suis marié il y a 41 ans et le gars qui était venu prendre des photos en avait un. J’ai adoré ses images et, du coup, ma femme m’en a offert un. Depuis, je suis accro.

Avez-vous un modèle en matière de photographie?

Un de mes héros est Jacques Henri Lartigue. Beaucoup de photographes réalisent des images très froides, rigides. Les siennes sont gorgées de vie et c’est bien l’idée: faire un truc vivant et montrer aux gens ce que c’est que de faire des films à la fin du XXe et au début du XXIe siècle.

Quand avez-vous commencé?

Je crois que c’était sur le remake de «King Kong» (ndlr: 1976, avec Jessica Lange). J’avais un personnage qui portait un Nikon. Mais c’est sur le film «Starman» (1984) que j’ai commencé à utiliser le Widelux. L’actrice Karen Allen m’a demandé pourquoi je ne réaliserais pas un livre avec mes photos et celle du photographe de plateau, Sidney Baldwin, pour le donner en cadeau à l’équipe du film. L’acteur Charles Martin Smith a aidé à le financer et depuis j’ai fait ce genre de bouquin sur tous mes tournages.

Quel a été votre meilleur tournage en tant que photographe?

Difficile à dire, mais j’ai fini par sortir un livre, «Pictures», avec une sélection tirée de tous mes films. Le volume II est en préparation. Il devrait sortir à l’automne.

Il y a sûrement beaucoup de gens qui vous prennent pour «The Dude» dans la vraie vie: cela vous ennuie?

Vous avez raison, mais non, car je raffole de ce film. Même si je n’avais pas joué dedans, j’aurais adoré en faire partie. Les Coen sont des maîtres, ce fut une grande joie. Ce film a connu une notoriété immense, il y a des festivals «Lebowski» partout dans le monde. Lors d’un dîner, j’ai rencontré le maître zen Bernie Glassman. Il s’est penché vers moi et m’a demandé si je réalisais à quel point The Dude, avec les cercles bouddhiques qu’il parcourait, pouvait être considéré comme un maître zen!

Une nouvelle carrière s’ouvrait à vous…

Je lui ai dit: «Mais qu’est-ce que vous racontez? On n’a jamais évoqué le moindre détail spirituel dans ce film!» Mais il m’a rétorqué qu’il y voyait toutes sortes de «koan», ces questions zen aux réponses impossibles. Du genre: quel est le son d’un applaudissement à une seule main? Il m’a dit que les réalisateurs devaient être les frères Koan! Par exemple cette réplique: «C’est juste ton avis, mec.» Bref, il m’a proposé d’écrire un livre là-dessus. On l’a fait avec beaucoup de plaisir (ndlr: «The Dude and the Zen Master», 2013).

Maintenant, nous savons que vous avez tous les talents, même celui de musicien…

J’ai quelques albums sur iTunes. Je vis enfin mon rêve d’ado, être dans un groupe. Nous nous appelons The Abiders et on se marre bien. J’ai même sorti un album avec T Bone Burnett en 2011. La musique est une part énorme de ma vie.

Et vous buvez encore des White Russians (ndlr: le cocktail préféré de The Dude: vodka, liqueur de café et lait)?

Je les aime plus clairs que lui! Ou alors c’est que j’ai envie d’un dessert.


Vevey, Jardin du Rivage Jusqu'au dimanche 30 septembre. Gratuit. www.images.ch

Créé: 07.09.2018, 18h03

Articles en relation

Vevey Images sous le signe de l'extravagance

Art Vevey Images dévoile dès samedi 61 propositions placées sous le signe de l’extravagance. Rencontre avec Stefano Stoll, directeur de la manifestation Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 23 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...