J.J. Abrams va réaliser «Star Wars IX»

CinémaLe célèbre réalisateur reprend les rênes de la saga après le départ fracassant de Colin Trevorrow. L'épisode devrait sortir en décembre 2019.

J.J Abrams, ici en mars 2017, a déjà réalisé l'épisode 7 de Star Wars.

J.J Abrams, ici en mars 2017, a déjà réalisé l'épisode 7 de Star Wars. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

J.J. Abrams, l'un des réalisateurs les plus en vue de Hollywood, va mettre en scène «Star Wars: Episode IX» après le départ fracassant de Colin Trevorrow pour incompatibilité artistique, a indiqué mardi Lucasfilm.

Abrams connaît bien l'univers de la guerre intersidérale dans une galaxie lointaine pour avoir réalisé «Star Wars: Le réveil de la Force», le septième opus de la saga créée par George Lucas, et le premier d'une nouvelle trilogie après une interruption de dix ans. «Episode IX» doit arriver dans les salles obscures en décembre 2019 et le cinéaste de 51 ans en écrira le scénario avec Chris Terrio, qui a remporté un Oscar pour le script d'«Argo», a précisé Lucasfilm.

«Avec Le réveil de la force , J.J. nous avait donné tout ce que nous avions pu espérer alors je suis ravie qu'il soit de retour pour finir la trilogie», s'est félicitée la présidente de Lucasfilm, Kathleen Kennedy dans un communiqué.

Genèse d'une trilogie

Abrams a bâti sa réputation dans les films de science-fiction, en revisitant l'univers de la série culte «Star Trek», produisant la trilogie fantastique «Cloverfield» ainsi que le prochain opus de la saga galactique, «Star Wars: Les derniers Jedi», qui sort le 13 décembre en France.

«Le réveil de la Force» (2015) a été le long-métrage aux troisièmes plus grosses recettes en salles de tous les temps, engrangeant 2,1 milliards de dollars. Le «spin-off» «Rogue One» n'a pour sa part été dépassé au box-office 2016 que par la grosse production de super-héros signée Marvel, «Captain America: Civil War».

La genèse de la nouvelle trilogie de «Star Wars», qui démarre trente ans après la fin des trois opus d'origine sortis entre 1977 et 1983, n'a pas été un voyage intersidéral très tranquille pour Lucasfilm.

Opportunité gâchée

La maison de production avait créé la surprise en annonçant la semaine dernière le limogeage de Colin Trevorrow, dont le pedigree semblait difficile à contester après son succès à la réalisation de «Jurassic World», film aux quatrièmes plus grosses recettes jamais enregistrées (1,7 milliard de dollars).

Le Hollywood Reporter, citant des sources anonymes, avait attribué les frictions à des «problèmes de scénario», Trevorrow ayant été sommé de procéder à de multiples réécritures.

Soins intensifs

La maison de production fondée par George Lucas et vendue à Disney s'était déjà séparée des réalisateurs vedette Phil Lord et Chris Miller en juin, également pour différends créatifs, juste avant de commencer le tournage d'un «spin-off» très attendu consacré au mythique personnage d'Han Solo. Ils ont été remplacés par un vétéran d'Hollywood, Ron Howard.

Josh Trank a quant à lui jeté l'éponge dès 2015 sur un autre projet de spin-off qui devait être dédié au chasseur de primes Boba Fett, citant cette fois-ci d'énormes pressions liées au poids financier de la saga.

«Rogue One» lui-même a nécessité des soins intensifs et l'intervention de Tony Gilroy («Jason Bourne: l'héritage») pour tourner une seconde fois en urgence des scènes qui ne convenaient pas aux producteurs, quelques mois avant la sortie de ce film réalisé par Gareth Edwards.

Admiration des fans

Mardi, le remplacement de Colin Trevorrow par J.J. Abrams agitait Twitter où le sujet était l'un des plus discutés du réseau social.

Beaucoup de fans exprimaient leur admiration pour le réalisateur du «Réveil de la force» et saluaient la décision de Lucasfilm, mais d'autres grinçaient des dents. «Toujours pas de réalisatrice dans la saga Star Wars (...) Enorme opportunité manquée», se désolait Melissa Silverstein, directrice artistique du festival de film new-yorkais Athena, focalisé sur les femmes.

«J'ai ADORE le Réveil de la force et je suis à peu près OK avec le fait qu'Abrams reprenne du service mais en même temps, mince, Star Wars a besoin de remédier à son problème de diversité», martelait l'auteur Tim Hanley. (afp/nxp)

Créé: 12.09.2017, 19h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

À défaut d'accord-cadre, Jean-Claude Juncker et Doris Leuthard se sont félicités à Berne de la nouvelle «dynamique positive» entre l'UE et la Suisse, qui débloquera par ailleurs 1,3 milliard pour les pays de l'Est (publié le 24 novembre 2017)
Plus...