Passer au contenu principal

Klapisch cherche encore son chat dans «Deux moi»

Plus de 20 ans après, le cinéaste retrouve les toits de Paris, Madame Renée et le vague à l’âme amoureux

Dans «Chacun cherche son chat», en 1996, le réalisateur Cédric Klapisch s’amusait en passant à l’image: «Oh, vous savez, moi les chats, hein...» Signe des temps, dans «Deux moi», son héros laisse aussi filer son matou mais ne met même pas de petite annonce. Une jolie voisine recueille le fugueur sans qu’il le sache. Ces deux solitaires, «faits l’un pour l’autre», vont passer le temps d’une comédie romantique douce-amère à se guetter.

L’ultramoderne solitude ne change pas, l’urbanisme dessèche toujours la toile sociale. Voir ce trentenaire avalé par son job, numéroté «2029» par ses collègues, au bord du burn-out. Voir son double féminin sur le même palier de la dépression nerveuse.

Découpant l’écran, usant de visions oniriques, le réalisateur fait son miel de ce tableau d’époque. Jusqu’à convier «sa star» dans une ultime performance hilarante, une Madame Renée centenaire. L’irrésistible grincheuse est décédée en juin dernier.

----------

Comédie Fra, 8/14 ***

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.