Passer au contenu principal

Laetitia Dosch, issue de La Manufacture, peut rêver d’un César

La Lausannoise d’adoption concourt dans la catégorie du «Meilleur espoir».

Le charme braque de Laetitia Dosch a séduit l’Académie.
Le charme braque de Laetitia Dosch a séduit l’Académie.
DR

«À 37 ans, l’espoir n’a pas de limite», jubile Laetitia Dosch. L’actrice, formée notamment à La Manufacture et Lausannoise d’adoption, bientôt sur scène à Vidy, a été nommée mercredi chez les espoirs par l’Académie des Césars. En écorchée aux fulgurances drolatiques, l’excentrique déambule dans Jeune femme, de Léonor Serraille, cité lui au César du meilleur premier film. Il faut se dépêcher de mater cette trentenaire de proximité, encore sur les écrans.Avant l’attribution des Prix Lumières le 5 février, où elle est citée, Laetitia Dosch ne cache pas son plaisir. «Espoir, le terme me botte car il implique la fraîcheur, le renouveau de ce personnage de Paula qui réussit à rebondir dans Jeune femme. Et puis… sans calculer, je ne pensais pas que le milieu puisse jamais reconnaître mon travail. D’habitude, je ne plais qu’à un public averti, je ne cherche pas à plaire. Du coup, ça fait chaud au cœur.»

Si paillettes et honneurs ne la rendent pas fière, «juste flattée», la rousse comédienne joue un peu à la princesse. «J’hésite entre un fourreau de vamp à la Valentino, une robe plus rock chez Dior ou rétro sixties façon Chloé. Autant être belle ce jour-là, pour pouvoir être un peu triste si je n’ai pas le César.» Suivant les règles du jeu, Laetitia Dosch préparera aussi un discours. «Pour ne pas dire de bêtises et remercier ceux qui m’aiment vraiment, et l’équipe qui a façonné ce personnage.» Au-delà, l’édition 2018 conforte les attentes. Au revoir là-haut, touchante adaptation du Prix Goncourt de Pierre Lemaitre par Albert Dupontel, et 120 battements par minute, de Robin Campillo, qui rata de peu la palme cannoise, récoltent 13 mentions. Outre Barbara, de Mathieu Amal­ric (9 citations), Le sens de la fête, de Nakache et Toledano, auteurs d’Intouchables, s’octroie 10 nominations, beau record pour une comédie. L’Académie ne boude plus les humoristes, crée même un César du public pour la meilleure fréquentation. Avec 4,5 millions de fans, la statuette ira donc au Raid, de Dany Boon. Oublié, Luc Besson n’espère même pas un César technique. Même les tenues high-tech de Valérian n’éclipsent pas les jeans troués de 120 battements par minute. À noter, Vanessa Paradis ouvrira la soirée dédiée à feu Jeanne Moreau.

Cérémonie des Césars, ve 2 mars Jeune femme, Lausanne, Zinéma Hate, Lausanne, Vidy, 5 au 9 juin.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.