Leconte, l’éternel «Bronzé»

CinémaLe cinéaste des films légendaires du Splendid est l’invité d’honneur du VIFFF. Interview.

Le réalisateur Patrice Leconte a tâté de l’humour sous toutes ses formes. Le VIFFF présente en sa présence «Les bronzés font du ski», «Tandem», «Les grands ducs», «Ridicule».

Le réalisateur Patrice Leconte a tâté de l’humour sous toutes ses formes. Le VIFFF présente en sa présence «Les bronzés font du ski», «Tandem», «Les grands ducs», «Ridicule». Image: BERTRAND GUAY/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Invité du 5e Vevey International Funny Film Festival cette semaine, Patrice Leconte ne s’avoue pas damné par l’aura des «Bronzés». Déjà parce que, 40 ans après, le cinéaste peut se targuer d’une œuvre hétéroclite où le drame, la romance ou le film d’animation ont alterné avec la comédie. «Mais j’adore être poursuivi par les bronzés! Je suis très fier d’avoir réalisé ces films inusables», insiste le septuagénaire, pas bégueule.

Réjoui de découvrir le Musée Chaplin, ce créateur polymorphe qui enfant, était surnommé «le gros Babar», avoue néanmoins préférer Buster Keaton au clochard légendaire. «Je préfère le quant-à-soi modeste de Keaton à l’assurance ostentatoire de Chaplin.» Lui aussi se tient volontiers dans l’ombre. «Certains me disent, «Rassurez-vous, nous ne parlerons pas des «Bronzés». Mais ces films ont compté pour moi, autant que «Monsieur Hire», qui, détail troublant, n’a pas une once, pas un gramme de légèreté dans sa tristesse. Ma femme d’ailleurs, quand elle le découvrit, s’inquiéta de ma santé mentale!»

Et de soupirer: «Je me compare à la montagne, avec son adret, le versant ensoleillé, et l’autre sombre, l’ubac. Les cruciverbistes connaissent.» Mots croisés, donc.

Dans une carrière si diverse, quel fut votre plus gros pari?
Ce n’était pas gagné d’avance de dérailler de mon train-train d’une comédie par an. J’ai eu la chance de voir des films comme «Tandem» ou «Le mari de la coiffeuse», appréciés. Ça m’a permis de continuer.

Vous avez vécu aussi des flops quasi inexplicables.
C’est très mystérieux. Le producteur Christian Fechner, avec qui j’ai expérimenté succès et échecs, m’a dit un jour: «Nous pourrions lister les raisons pour lesquelles un film marche, ce serait les mêmes que pour un autre qui n’a pas marché». Quand j’ai réuni Alain Delon et Jean-Paul Belmondo, 25 ans après «Borsalino», «Une chance sur deux», ça devait intéresser. Et non, tout le monde s’en fichait.

Cette inconnue, n’est-elle pas propre au rire, plus qu’au drame?
S’il y avait des recettes… le rire, c’est si fragile, incertain. Et si cruel quand il échoue.

Pourquoi en avoir tenté toutes les variantes, de la saillie drolatique à la peau de banane, au gag surréaliste?
Je ne voulais pas ronronner dans une seule gamme. Je suis convaincu que si l’auteur s’ennuie, il a toutes les chances de lasser son auditoire.

D’où aussi, votre souci d’aller vers de nouveaux acteurs?
L’acteur, c’est une personnalité qui donne l’appétit. Ensuite, je n’ai plus qu’à me mettre à table. Ils ne me dévorent jamais, car cela supposerait un rapport de force qui ne m’intéresse pas. Moi je veux une confiance réciproque, affectueuse.

Ainsi des «Grands ducs», sublime et savoureux «nanar» pourtant, avec Marielle, Rochefort et Noiret?
Ah, diriger ces trois-là en même temps, c’était magique. Ils étaient si peu frileux, embarqués dans la connivence et l’envie d’aller au loin, en toute liberté.

Avez-vous apprivoisé Hallyday dans «L’homme du train», ou Paradis dans «La fille sur le pont», en douceur?
C’est aussi parce que je suis cadreur sur tous mes films. Et alors, les acteurs savent qu’ils peuvent lâcher prise et oser. Car à l’image, le réalisateur est là, à un mètre de leur visage, et cette intimité, peu fréquente dans le cinéma français, les rassure. Je peux toujours les rattraper.

Jusqu’où le rire a-t-il changé?
Et tant mieux qu’il change! Jadis, les tenants du rire, c’était Claude Zidi, Gérard Oury, Robert Lamoureux. L’avènement du café-théâtre les a rendus poussiéreux. Puis est venue la génération Canal+. Des gens comme Étienne Chatiliez ont aussi bousculé l’humour. Car le rire concentre l’évolution sociétale. Des trucs nous font marrer aujourd’hui, qui ne le faisaient pas il y a 40 ans. Et vice versa.

De nos jours, l’humour n’est-il pas castré par la correction à outrance?
Tous les faits de société modifient le barème, poussent des gags hors cadre. Même si par définition le rire doit être impolitiquement correct pour garder sa puissance d’ironie, d’autodérision déjà.

Ce paradoxe explique-t-il le faible niveau des comédies françaises?
Je suis conscient d’avoir fait des films qu’il serait impossible de monter aujourd’hui. J’ai vécu une mauvaise série de projets tombés à l’eau. Moi, j’y mets la même énergie, j’y crois. Alors, l’échec… vous vous retrouvez gros Jean comme devant, puis vous y retournez (ndlr: en production, un Maigret avec Gérard Depardieu).

D’où aussi votre éclectisme créatif, romancier, documentariste, etc.?
Les années passent plus vite à mon âge, je n’ai pas envie de glandouiller. Autrement, mieux vaut m’inscrire dans un club de scrabble ou enjamber le balcon.

Le suicide, constante de vos films…
Monsieur Hire lâche la gouttière, la coiffeuse se jette dans l’écluse, c’est vrai. Mais plus on cause du suicide, moins on passe à l’acte. Au fond, le rire nous fait prendre conscience du noir. «C’est la plaine qui donne son relief à la montagne», est-il dit dans «Ridicule». Mélocomique

Créé: 21.10.2019, 20h46

Le VIFFF en quelques repères

Le style
Avec la déjante en ligne de mire, les directeurs du Vevey International Funny Film Festival (VIFFF) Maryke Oosterhoff et Loïs de Goumoëns privilégient l’éclectisme, la curiosité même sauvage, entre S.F. et comique.

«Nos films, résument-ils cette année, chassent des fantômes en Irlande, réécrivent la guerre de Sécession, tuent des zombies en chantant, questionnent la Révolution française, la mémoire de l’Autriche, la Côte d’Ivoire, la cour de Louis XVI, une colocation à Taïwan, le chemin de fer au Ghana ou les télésièges en Savoie.»

Les chiffres
La 5e édition voit 17 pays représentés en 4 jours, 26 projections, une compétition de 7 longs et 7 courts métrages. Les organisateurs sont fiers d’avoir obtenu la parité sexuelle entre les cinéastes en lice pour le VIFFF d’or et lors des nocturnes.

Les spéciales
Outre un focus sur Patrice Leconte, qui débordera dans une soirée «Les bronzés font du karaoké» au Théâtre de l’Oriental, le VIFFF salue le cinéaste Henri Duparc en plusieurs séances. Les traditionnelles Nocturnes fêtent les «teen movies», campus et zombies assurés.




Vevey International Funny Film Festival
Divers lieux, du je 24 au di 27 oct.
www.vifff.ch

Articles en relation

Vevey saisit le rire au VIFFF

Cinéma La 3e édition du Vevey International Funny Film Festival s’ouvre vendredi. Parcours dans son drôle de menu avec le codirecteur Loïs Goumoëns. Plus...

Nouveau festival du film de comédie créé à Vevey

Evénement Le VIFFF se déroulera du 30 octobre au 1er novembre. Cinq films seront en compétition… mais pas seulement. Plus...

Patrice Leconte: «La caméra à l’épaule,c’est efficace mais crevant!»

Culture Le cinéaste français a terminé le tournage de «Une heure de tranquillité» à la fois épuisé et ravi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.