Passer au contenu principal

«Vitalina Varela» reçoit le Léopard d'or

Le 72e Festival de Locarno a décerné le Léopard d'or et le prix de la meilleure actrice à «Vitalina Varela» du Portugais Pedro Costa.

Le Portugais Pedro Costa pose avec le Léopard d'or reçu pour son film 'Vitalina Varela'. (Samedi 17 août 2019)
Le Portugais Pedro Costa pose avec le Léopard d'or reçu pour son film 'Vitalina Varela'. (Samedi 17 août 2019)
Keystone
Le film 'Vitalina Varela', réalisé par le producteur portugais Pedro Costa a reçu le Léopard d'or du 72e Festival de Locarno. (Samedi 17 août 2019)
Le film 'Vitalina Varela', réalisé par le producteur portugais Pedro Costa a reçu le Léopard d'or du 72e Festival de Locarno. (Samedi 17 août 2019)
Une vue générale de la Pizza Grande un jour avant l'ouverture officielle de la 72e édition du Festival de Locarno. (6 août 2019).
Une vue générale de la Pizza Grande un jour avant l'ouverture officielle de la 72e édition du Festival de Locarno. (6 août 2019).
Keystone
1 / 36

«Vitalina Varela», du réalisateur portugais Pedro Costa, le sombre portrait d'une femme cap-verdienne qui se retrouve à Lisbonne pour enterrer son mari, a triomphé samedi au festival du film de Locarno, en Suisse.

Le film raconte l'histoire de Vitalina, une veuve qui arrive dans la capitale portugaise après la mort de l'homme qui l'avait quittée pour aller chercher du travail en Europe 25 ans plus tôt.

Le film a décroché le Léopard d'Or et a aussi valu à l'actrice principale - dont le film porte le nom - le Léopard de la meilleure actrice pour son interprétation puissante.

Le festival, dont c'était cette année la 72e édition, se tient chaque été dans la ville de Locarno au bord du lac Majeur.

Le Prix spécial du jury est allé à «Pa-Go (Height of the Wave)» du cinéaste sud-coréen Park Jung-bum, et le réalisateur français Damien Manivel a raflé le Léopard de la meilleure réalisation pour son film «Les enfants d'Isadora».

Regis Myrupu a pour sa part gagné le Léopard de la meilleure interprétation masculine pour son rôle dans «A Febre», du Brésilien Maya Da-Rin.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.