La malédiction Bergman

CinémaLa Cinémathèque suisse exhume, jusqu’en avril, une presque intégrale du Suédois, référence (trop?) ultime du 7e art.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Lorsque l’on prépare la rétrospective d’un cinéaste comme Bergman, il faut se dire que la jeune génération part de zéro.» Chicca Bergonzi, responsable de la programmation d’une presque intégrale Bergman, en ce moment sur les écrans de la Cinémathèque suisse, a conscience de la difficulté face à un maître qui, au fil du temps, a parfois fini par incarner le modèle du film d’auteur soporifique et désespérant. Dans leur sketch «Le Doutage», Les Inconnus moquaient, sans le nommer, ses langueurs maniérées et ses interrogations raffinées jusqu’à l’absurde. Leur numéro était assez drôle, même s’il visait plutôt un Bergman fantasmé (revu et corrigé par David Hamilton), comme le font la plupart de ceux qui n’ont jamais vu ses films tout en l’accusant d’être abscons, mutique ou dévolu à une lenteur ennuyeuse, si ce n’est profondément dépressive.

Une variation continue

«C’est pour cette raison que nous avons gardé une logique de présentation chronologique», plaide la programmatrice. «Elle est très importante car les films de ce que l’on pourrait appeler la première période de sa production – grosso modo des années 50 et 60 – relèvent d’un autre ordre que ceux de la fin des années 60 ou du début des années 70.» Sur la grosse cinquantaine de réalisations que Bergman produit au cours de sa longue carrière – son premier film sort en 1946, le dernier en 2003 – les variations sont en effet immenses et souvent perceptibles au sein d’une même période.

«Gamine, j’ai été scotchée, comme beaucoup d’autres, par son film «Le septième sceau», confesse l’adjointe à la direction de la Cinémathèque. Ce film, par son aura fantastique et métaphorique, a permis à beaucoup de jeunes spectateurs d’entrer dans une filmographie touffue, quitte ensuite à ne pas retrouver d’équivalent à cette œuvre assez atypique. La même année, en 1957, le Suédois sortait d’ailleurs «Les fraises sauvages», film qui, malgré des veines plus sombres, s’apparente plutôt à une comédie et lui valut l’Ours d’or à Berlin. Une légèreté encore plus perceptible dans «Sourires d’une nuit d’été» (1955), film auquel Woody Allen, l’un de ses plus grands fans, rendra hommage dans «Comédie érotique d’une nuit d’été» en 1982.

Même si la rétrospective lausannoise abandonne les tout premiers films des années 40 et quelques autres des années 60, elle permet par contre de se replonger dans ceux des années 50, qui ne correspondent en effet pas du tout à la caricature du Bergman de certains de ses détracteurs. Il suffit de revoir «Monika», film sensuel de 1953 piqueté d’un anticonformisme pré-68 (et, déjà, de désillusions), qui impressionnait beaucoup le jeune Jean-Luc Godard, pour se convaincre des métamorphoses ultérieures d’un cinéaste à la longévité impressionnante.

La dureté des années 70

«Les films de sa première partie de carrière s’inscrivent plus volontiers dans des paysages naturels, plaide Chicca Bergonzi. Cela leur confère des respirations, des ouvertures pour l’œil qui les rend plus aisés à regarder. Faire entrer directement M. Tout-le-monde dans l’un de ses films des années 70, c’est lui donner envie de se flinguer! Sans élitisme leur traitement réclame que l’œil et l’oreille s’habituent à cette typologie de narration. Son attention se focalise sur ses obsessions psychiatriques, les acteurs, les dialogues, et c’est une difficulté supplémentaire lorsqu’on doit les lire en sous-titres. À mesure que le cinéma de Bergman se simplifie, il devient plus complexe pour le spectateur. On peut vraiment entrer dans son œuvre par des côtés opposés…»

«À mesure que le cinéma de Bergman se simplifie, il devient plus complexe pour le spectateur»

Travaillant en parallèle pour le théâtre et pour le cinéma, Ingmar Bergman y teste des dispositifs qui puisent aux deux disciplines, mais introduit également un regard qui doit aussi beaucoup à la montée en puissance de la télévision. Certains de ses films les plus célèbres, comme «Scènes de la vie conjugale» et «Fanny et Alexandre», sont d’abord produits sous la forme de séries TV (de six épisodes, le plus souvent), ramenées ensuite au format film. Une approche qui souligne encore sa grande sensibilité au montage, technique qu’il maîtrise admirablement dès ses premiers métrages – contrairement à une autre idée reçue, les films de Bergman ne s’épanchent pas, mais travaillent le rythme de manière sobre et incisive.

Pour Chicca Bergonzi, une bonne introduction à son univers demeure paradoxalement l’un de ses derniers, «Fanny et Alexandre». «C’est un sommet, qui ouvre de nombreuses pistes puisque la plupart de ses thématiques y sont réunies.» Il suffit ensuite de remonter le courant pour parcourir une œuvre entre vie et mort où resurgissent l’attention à la condition féminine, un protestantisme critiqué avec ses propres armes et où un certain naturalisme emprunté au néoréalisme italien se laisse trouer par un onirisme impromptu. Vous avez le choix, c’est du surchoix.

Créé: 24.01.2019, 20h05

La rétrospective

Lausanne, Cinémathèque suisse
Jusqu’au ma 30 avril.
Projection spéciale de «Fanny et Alexandre» au Capitole, di 17 février (17 h).
Rens.: 058 800 02 00
www.cinematheque.ch

Un pavé pour fouiller la longue carrière d’Ingmar

À l’occasion des 100 ans de la naissance d’Ingmar Bergman, les Éditions Taschen ont réédité, dans une version à un prix plus accessible, «Les archives d’Ingmar Bergman», gros ouvrage qui répertorie la filmographie du cinéaste suédois et collectionne un certain nombre de documents ayant trait à ses œuvres, interviews de presse écrite ou retranscription d’entretiens radiophoniques.

Chaque jalon du réalisateur est détaillé par de nombreuses illustrations soignées. Le livre a perdu en cours de route son DVD, mais ravira toujours autant les fétichistes du Suédois qui compulseront à loisir les affiches d’époque, croquis de la main du réalisateur et fiches techniques.

Précisons qu’il vaut mieux avoir des yeux perçants (ou de bonnes lunettes) avant d’acquérir cette somme d’érudition, car le corps du texte est minuscule. Cet inconfort de lecture a ses avantages puisqu’il est compensé par la touffeur mise à disposition. Rien que la section consacrée à «Persona» compte ainsi une longue discussion avec Bergman, une interview de la comédienne Bibi Andersson et un texte de l’actrice Liv Ullmann. Une très belle bible pour tout fervent admirateur de l’océanique discours de vie, de mort, de doutes et de confrontation d’un cinéaste acharné.

Articles en relation

Frédéric Maire, le cinéma sur tous les fronts

Cinémathèque suisse À l’heure où l’institution fête ses 70 ans, son directeur fait le point sur une structure qui ne cesse de muter, avec Penthaz II et le nouveau Capitole à l’horizon. Plus...

La Cinémathèque sort ses trésors de papier

Exposition L’institution célèbre ses 70 ans au Musée de Pully, avec la présentation d’affiches arrachées à un siècle de septième art. Freddy Buache, son président, se souvient. Plus...

La Cinémathèque suisse fête son 300e Bulletin

Cinéma Au-delà d’un programme, la publication pose en reflet de l’institution. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.