Mattotti met son talent au service de «La fameuse invasion des ours en Sicile»

CinémaLe graphiste italien adapte le conte classique de Dino Buzatti avec une simplicité aussi classieuse que racée.

«Pas de séquences mineures, une densité lumineuse évocatrice»: pari réussi pour le réalisateur Lorenzo Mattotti. DR

«Pas de séquences mineures, une densité lumineuse évocatrice»: pari réussi pour le réalisateur Lorenzo Mattotti. DR Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À 65 ans, l’Italien Lorenzo Mattotti règne en prince excentrique du graphisme. Ses fines élégances s’identifient en à-plats pastel et cadrages sophistiqués, claquent avec une souveraine originalité. Le Parisien d’adoption a imposé sa griffe sur des BD pointues, des couvertures de magazines populaires, des sacs de papier chez E. Leclerc, ou des guides de voyage au chic Vuitton.

Son adaptation de «La fameuse invasion des ours en Sicile», fable de Dino Buzatti (1945), possède le même souffle de belle intelligence avec son sujet. Quand Tonio l’ourson est kidnappé par des chasseurs, son père, le roi Léonce, quitte ses montagnes gelées pour le retrouver. Avec son armée et un magicien, le monarque part à la conquête du peuple des hommes. Et de son chenapan de fiston séduit par cet art de vivre exotique.

Quel fut votre défi en passant du dessin à l’animation?
Le découpage. En BD, on peut sauter d’un lieu à l’autre sans explication, par ellipse. C’est interdit en animation, il faut suivre le personnage. Et le travail d’équipe! Moi qui d’habitude, suis toujours seul à ma table, je me sentais le petit nouveau du bureau!

Pourquoi adapter Buzatti de nos jours?
Buzatti, c’est ma culture personnelle, mon travail est rempli d’allusions à sa poésie. Il m’a appris à raconter des histoires, la fantaisie sombre, les mystères magiques, le goût du symbolisme. Ce conte de jeunesse avec ses ogres, ours et ces créatures fantastiques me faisait fantasmer depuis toujours et mon rêve a fini par trouver une productrice, rien de plus simple.

Y voyez-vous une morale?
Il y a eu jadis, une lecture politique du conte mais déjà à 20 ans, quand je l’ai lu, ce double sens avait disparu. C’est la force des histoires universelles de justement, s’abstenir d’une morale unique. De la relation père et fils, au rapport à la civilisation et la nature, le potentiel était riche.

De Shakespeare au «Monde de Nemo» en somme?
Avec cette soif de pouvoir qui détruit les rêves, bien sûr. Avec aussi ce roi qui arrive à gérer ce faisceau de situations complexes. Car les méchants peuvent parfois se révéler bienfaisants alors que d’un autre côté, les bonnes personnes doivent parfois, agir avec dureté. Et cette quête d’identité, ni ours ni humaine, si contemporaine.

Vous sentez-vous proche du roi ou de son fils turbulent?
Dans le temps, j’aurais dit Tonio évidemment, ses libertés et ses envies. Mais la paternité m’a appris à jongler avec les complications de la vie. J’aime que ce film parle des rapports conflictuels entre les deux, de la mort aussi. Buzatti sait amener ces thèmes, il a cette manière subtile au fond de définir sa mission.

Qui serait?
De raconter des histoires et de rappeler aux autres combien il est essentiel de passer ces récits. Au final, cela dépasse le livre lui-même. Il y a ce plaisir du conteur, plaisir du public, une interaction entre les deux à pérenniser, une transmission.

Cela se sent dans la voix de Jean-Claude Carrière, conteur par excellence. Pourquoi lui?
Un hasard de rencontre, et une évidence pour la voix grave, ancienne du roi Léonce. Et je l’admire tant. C’est tout un symbole aussi, en termes de littérature et cinéma. J’ai eu autant de chance avec la voix italienne, celle caverneuse, profonde, du romancier sicilien Andrea Camilleri (ndlr: décédé en juillet dernier).

Animation (Ita., 82’, 8/8) VVV

Créé: 09.10.2019, 09h35

Le film

La fameuse invasion des ours en Sicile
Animation
(Ita., 82’, 8/8)
Cote: ***

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.