«Papicha» résiste tant bien que mal en Algérie

CinémaLa documentariste Mounia Meddour suit sa génération rebelle aux diktats religieux.

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que Mounia Meddour s’était bardée de toutes les autorisations de filmage nécessaires, son «Papicha» n’a pu être projeté en Algérie. A contrario, c’est la meilleure publicité que les autorités pouvaient donner à une libre entreprise militante. Ainsi, après les ovations remportées au dernier Festival de Cannes, l’Académie des oscars a pris ce manifeste dans la catégorie meilleur film étranger. La documentariste y évoque sa propre génération dans les années 1990, lors des violentes manifestations de la «décennie noire» qui opposèrent le régime de Bouteflika à diverses formations islamistes. Alors que dans la rue patrouillent des femmes en hidjab qui menacent les filles qui ne se voilent pas, des universitaires émancipées, ces «Papicha» fashionistas qui veulent «juste du fun», montent un défilé de mode. Prévisible sans doute, cette chronique possède pourtant un tonus qui force la sympathie.


Chronique
(Alg., 105’, 12/14)
Cote: **

Créé: 16.10.2019, 07h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.