Passer au contenu principal

Un premier festival de cinéma à Avenches

La première édition d'Aventiclap entend ramener le cinéma au coeur de la commune, privée de salles depuis près de 30 ans. Une dizaine de films sont au programme.

Les projections se tiendront au Théâtre du château, spécialement réaménagé pour l'occasion. (Vendredi 16 février 2018)
Les projections se tiendront au Théâtre du château, spécialement réaménagé pour l'occasion. (Vendredi 16 février 2018)
Facebook

Avenches se fera tout un cinéma du 2 au 4 mars. La première édition d'Aventiclap, le festival du film d'Avenches, propose une dizaine de films suisses et diverses animations. «Bloc central», un film tourné à la prison du Bois-Mermet, sera dévoilé en première suisse.

Budget de 40'000

Cette année, le festival donne un coup de projecteur sur le cinéma suisse, «un cinéma qui mérite d'être un peu mieux connu du grand public», explique Jean-Marc Detrey, directeur artistique. Mais d'autres thématiques pourraient suivre ces années prochaines. «Mais nous devons déjà voir si cette première édition fonctionne», dit-il.

Depuis près de 30 ans, il n'y a plus de salle de cinéma à Avenches. Les initiateurs du projet rêvent d'y recréer un événement dédié au septième art, avec un budget modeste de l'ordre de 40'000 francs.

Les projections se tiendront au Théâtre du château, spécialement réaménagé pour l'occasion, qui pourra accueillir jusqu'à 280 personnes. Une dizaine de films sont au programme ainsi que des expositions, des conférences, le tout en présence de plusieurs invités de marque, comme les frères Bogdanoff ou encore Seraina Rohrer, directrice des Journées de Soleure.

Film sur la prison

En première suisse, le samedi soir, le festival projettera «Bloc central», en présence du réalisateur Michel Finazzi et de l'équipe du film. Entre documentaire et fiction, ce long métrage raconte l'arrivée en prison d'un détenu et d'un nouveau surveillant.

Leurs parcours croisés entraînent le spectateur dans les méandres de cette petite société carcérale. Le réalisateur s'est inspiré de sa longue expérience - seize ans - comme animateur audiovisuel au Bois-Mermet à Lausanne, puis à la prison de la Croisée à Orbe.

Il a tourné sa «fiction documentée» au Bois-Mermet, sous conditions. Aucun détenu, ni employé de la prison ne pouvait apparaître à l'image. L'équipe a tourné à partir de 17h30, après la fermeture des cellules pour la nuit, avec des comédiens amateurs et professionnels.

Un peintre en projection

Autre première suisse, en clôture de festival, le film «Kokoschka Oeuvre-vie», qui sera également projeté en présence de son réalisateur Michel Rodde. Ses auteurs parlent d'un «documentaire de création avec des éclats de fiction» sur la vie du peintre décédé à Montreux (VD) en 1980.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.