Quentin Dupieux fait son lit avec «Le Daim»

CinémaEn ouverture du NIFFF, la nouvelle absurdité du cinéaste français embarque l’acteur Jean Dujardin dans son délire.

Jean Dujardin en improbable psychopathe dans «Le daim». L’innocence peut-elle porter les franges?

Jean Dujardin en improbable psychopathe dans «Le daim». L’innocence peut-elle porter les franges? Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cela n’a aucun sens et c’est probablement pour cela que personne ne le souligne, mais Quentin Dupieux a le même prénom que Tarantino. Le Français et l’Américain ne partagent pourtant pas que leur nom de baptême et il ne s’avère pas très difficile de repérer d’autres points de contact, plus signifiants. Même goût pour une culture pop-trash à l’humour sauvage, même préoccupation musicale – plus pointue chez Dupieux qui s’est fait d’abord connaître comme DJ sous le pseudo de Mr. Oizo, auteur de l’incroyable succès du titre «Flat Beat» boosté par ses basses brutalistes et un clip à peluche jaune en 1999. Mais ce qui les rapproche les distingue aussi.

Dans son dernier film, «Le daim», présenté à la dernière Quinzaine des réalisateurs de Cannes et film d’ouverture du futur NIFFF (lire encadré), le personnage d’Adèle Haenel, serveuse qui s’entraîne au montage, assure à sa nouvelle connaissance, un Jean Dujardin parfait en ahuri légèrement mystérieux, qu’elle s’est amusée à réordonner le «Pulp Fiction» de Tarantino pour lui restituer son déroulé chronologique. Son appréciation du résultat ne fait aucun doute: «C’est nul.»

Le constat tient évidemment du commentaire sur l’art du montage, dimension primordiale de toute œuvre cinématographique qui prétend à l’excellence. L’ironie dévastatrice d’un Quentin Dupieux coutumier du fait n’interdit pas de penser que le jugement creuse une veine plus profonde tant sur l’évaluation de Tarantino que sur la question des complications scénaristiques, formalisme un peu vain quand il n’est pas au service d’un propos.

De la longueur des franges

L’interprétation est d’autant plus aisée que «Le daim» ne s’encombre pas de sophistications narratives, en maintenant une progression linéaire pour conter les aventures de Georges en déréliction (Jean Dujardin), échouant dans un village de montagne non sans avoir acquis, lors de son périple, une impressionnante veste en daim dont la taille trop courte est inversement proportionnelle à la longueur des franges. Le vêtement acquis à prix d’or mais avec un caméscope en bonus ne se contente pas de servir d’armure narcissique à un ego démuni. Il prend le dessus, du moins dans la tête de son acquéreur, ce qui a permis au promoteur de décrire le film ainsi: «Georges, 44 ans, et son blouson, 100% daim, ont un projet.»

Le projet en question consiste à se débarrasser de toutes les vestes de la planète pour s’assurer de l’hégémonie d’un «daim» peu indulgent envers ses congénères. Dans l’enchaînement des mensonges dans lesquels s’enferre Georges, l’entreprise, dont on ne sait si elle relève d’une convergence parasitaire ou d’une association symbiotique, se doublera de la réalisation d’un film, grotesque ou effrayant – cela dépend du point de vue –, que le personnage de Jean Dujardin tourne à l’aide de sa petite caméra.

L’occasion, pour Dupieux, de réactiver une obsession aussi ancienne que son premier long métrage («Nonfilm» de 2001). Le réalisateur raffole en effet des mises en abyme, des jeux de miroirs entre le film qui est en train de se faire et celui que l’on est en train de voir ou encore des paradoxes d’une fiction qui s’infiltre dans le réel («Réalité»).

«Le Daim» bien pelé

Dans le cas du «Daim», œuvre qui se distingue dans sa filmographie par sa sobriété, sa tenue dramaturgique, l’insistance est plutôt donnée à la pratique d’un cinéma amateur, forme la plus adaptée pour exprimer la démesure, l’inadaptation, la divergence et donc la folie, dans une société qui se meurt de conventions. «Je n’ai pas envie de devenir professionnel, le problème c’est que le mot «amateur» est glauque, il ne fait pas rêver. Mais je crois que mes films sont un peu intéressants car ils sont créés de cette manière», assurait Quentin Dupieux à Konbini en 2013 lors de la sortie de «Wrong Cops», film encore dans sa période américaine.

S’il a toujours joué des écarts et des étirements entre l’absurde et la vraisemblance, le Français de 45 ans affine ici les contrastes et parvient ainsi à instiller une inquiétude plus sourde, plus ambivalente également. Après avoir déjà expérimenté le «cinéclash» entre comédie française et bizarrerie nonsensique («Au poste!»), ce roi de l’absurde qui s’est parfois estimé «le meilleur cinéaste de sa génération», démontre qu’il sait aussi se fondre (fallacieusement) dans un certain classicisme. Dans «Le daim», il y est grandement aidé par un Jean Dujardin impeccable qui, après Chabat et Poelvoorde, vient y pervertir sa touche mainstream.

«Le daim» (Fr., 77’, 16/16). Cote: *** Sortie en salles le me 10 juillet.

Créé: 29.06.2019, 16h14

Festival

«Le Daim» ouvre le NIFFF avec Jean Dujardin

«Le Daim» de Quentin Dupieux ouvre la chasse aux films étranges, décalés et à forte teneur imaginative que propose la 19e édition du Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF). Jean Dujardin sera présent lors de la cérémonie d’ouverture, le vendredi 5 juillet prochain, et l’acteur introduira la projection de cette nouvelle magnifique bizarrerie du réalisateur français au Passage 1, à 19 h.
À partir de là, ce sont plus de 150 films qui seront projetés pendant les neuf jours du festival: 165 projections publiques qui présenteront 90 longs-métrages et 69 courts-métrages de 51 pays avec 21 premières mondiales, cinq premières internationales, huit premières européennes et 51 premières suisses. Parmi les 16 films de la compétition internationale, il faudra surveiller «Les particules» – tourné au CERN – du Franco-Suisse Blaise Harrison ou encore «Yves» de Benoît Forgeard, autre étonnant énergumène. Dans la section New Cinema from Asia, le retour du cinéaste Miike Takashi est
à signaler, avec «First Love», son 103e film! Que ce soit dans les sections Films of the Third Kind ou dans Ultra Movies, les surprises (et les frayeurs) ne devraient pas manquer. B.S.

Neuchâtel, NIFFF
Du ve 5 au sa 13 juillet.
Rens.: 032 730 50 31.
www.nifff.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.