Passer au contenu principal

Quentin Tarantino se livre à double

Dans «Tarantino: rétrospective», biographie illustrée, le New-Yorkais Tom Shone détaille les obsessions du bad boy du cinéma américain, ex-caissier de boutique vidéo promu idole du septième art.

Jamais à court d’argument pour défendre son œuvre, Quentin Tarantino remplit deux livres à sa gloire. Dans «Tarantino: rétrospective», biographie illustrée, le New-Yorkais Tom Shone détaille les obsessions du «bad boy» du cinéma américain, ex-caissier de boutique vidéo promu idole du septième art. De «Reservoir Dogs» à «Once Upon a Time… in Hollywood», les morceaux de bravoure échafaudent un monument passionnant. «Réussir, dit l’intéressé, c’est être considéré à la fin de ma carrière comme l’un des plus grands artistes de tous les temps. Pas juste un réalisateur.»

Dans «Quentin Tarantino: La filmographie intégrale», le Britannique Ian Nathan envisage la même perspective mais précise-t-il avec bravache en couverture, son livre est «non officiel et non autorisé». Le critique pousse l’exercice jusque dans les Grindhouse Movies de seconde zone parfois navrants. Même sur «Boulevard de la mort», Tarantino garde son humour (noir): «Si c’est ça mon pire film, alors tout va bien.»

----------

«Tarantino: rétrospective», Ed. Gründ, 255 p. «Quentin Tarantino: La filmographie intégrale du réalisateur culte», Ed. Gallimard, 176 p.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.