Passer au contenu principal

Les Romands à la fête des Prix du cinéma suisse

Bouboule et Pause, de cinéastes de l’ECAL, brillent aux Prix du cinéma suisse. Palmarès en mars

Bouboule, de Bruno Deville, en lice pour le meilleur film de l'année.
Bouboule, de Bruno Deville, en lice pour le meilleur film de l'année.

Bouboule,de Bruno Deville et Pause, de Mathieu Urfer ont été nommés à bulletins secrets par les 300 membres de l’Académie pour les Prix du cinéma suisse. «Y’en a point comme nous», se félicitait Frédéric Maire, patron de la Cinémathèque suisse, qui remarquait que nombre des productions romandes élues ont un lien avec Lausanne.

Ainsi de CAB Productions, déjà à la fête des Césars pour Sils Maria,se voit citer 6 fois pour Bouboule. Chez Box Productions, Pause figure aussi dans cette catégorie reine. Au-delà de ce salut au cinéma vaudois, où seul manque L’abri,de Fernand Melgar, les films attendus étaient au rendez-vous: Der Kreis,de Stefan Haupt, 5 citations, à égalité avec Chrieg, de Simon Jacquemet, puis Dora oder die sexuellen Neurosen unserer Eltern,de Stina Werenfels, qui en obtient quatre.

Les Prix du cinéma suisse se tiendront à Genève au Bâtiment des Forces Motrices, vendredi 13 mars. Du 9 au 15 mars, les films nominés seront projetés à Zurich et Genève en présence des équipes.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.