Passer au contenu principal

Tim Spall campe Turner avec génie

L’acteur britannique sort en pleine lumière de la toile de Mike Leigh, Mr. Turner. Portrait d’un discret

A 57 ans, Timothy Spall affiche des états de service imposants. Autodidacte façonné par la lecture de Dickens, costaud à l’accent cockney et gouaille inhérente, ce représentant du cinéma britannique s’est inventé tout seul. Comme J. M. W. Turner (1775-1851), qu’il incarne dans Mr. Turner, le biopic de Mike Leigh.

Complices – cinq films déjà –, ces deux-là en rêvaient depuis des années. En 2011, l’acteur s’oblige à prendre des cours de peinture deux jours par semaine. Crayon, fusain, aquarelles, acrylique et finalement huile: le comédien acquiert les bases jusqu’à pouvoir se féliciter de peindre une quinzaine de tableaux en entier.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.