Woody Allen présente une tragi-comédie sur l'existence

Festival de CannesUn professeur de philosophie, désabusé et dépressif, mais bien sûr irrésistible, revient à la vie en fomentant le crime parfait. Woody Allen a offert aux festivaliers de Cannes sa dernière comédie «L'Homme irrationnel».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Fidèle à ses obsessions, le nouveau long métrage de Woody Allen ne surprendra pas. Il déroule répliques drolatiques et rebondissements divertissants.

«Avez-vous déjà pensé assassiner quelqu'un?», demande un journaliste à Woody Allen lors d'une conférence de presse vendredi à Cannes. «A l'instant même où vous le dites!», rétorque le réalisateur du tac au tac.

Le choix de commettre un meurtre par le professeur est aussi «irrationnel» que «de croire au paradis», remarque-t-il. «Vous faites des choix dans la vie et vous allez de l'avant!»

Le film permet de retrouver la pétillante actrice rousse américaine Emma Stone. Elle campe une jeune étudiante tombant amoureuse de son professeur de philosophie torturé, forcément plus âgé.

Laideur du monde

Woody Allen dirige pour la première fois l'acteur Joaquin Phoenix, dans le personnage d'Abe Lucas, charismatique tombeur de ces dames malgré son petit bedon et sa fiole de whisky à portée de main. Même si le professeur a perdu toute joie de vivre.

Il estime que ses cours auront peu d'influence sur les vies conventionnelles de ses étudiants. Il a passé sa vie à écrire des articles savants uniquement lus par ses pairs, il est abattu par la laideur du monde...

Dans une université

L'intrigue se noue dans l'université d'une petite ville de la côte Est. Le professeur de philosophie, que Woody Allen (79 ans) aurait sans doute incarné plus jeune, énonce sa vision du monde emplie de noirceur à ses étudiants médusés.

Il entame une liaison avec une prof de sciences malheureuse en couple (incarnée par Parker Posey). Et il subit les assauts de sa meilleure étudiante (Emma Stone).

Décision insolite

Abe Lucas va retrouver sa joie de vivre, son sourire, son appétit et sa libido grâce à une décision irrationnelle et insolite. Il fomente un meurtre, moralement justifié à ses yeux, bouleversé après avoir entendu fortuitement une conversation. «Tuer est un acte de créativité», s'enthousiasme le professeur, convaincu que la planète se porte mieux sans sa victime.

Quant à la jeune étudiante qui met sur un piédestal un professeur désaxé, elle recevra en plein visage une leçon de vie qui va davantage la marquer que ses lectures philosophiques, note Woody Allen.

Veine réaliste

Le cinéaste américain s'est toujours nourri des philosophes, tout en les tournant parfois en dérision. «Je ne jette pas Kant à la poubelle», mais ses conseils «ne sont pas fiables» pour prendre «des décisions quotidiennes terre à terre», a-t-il expliqué.

Après l'esthétique romantique de son précédent «Magic in the Moonlight», campé dans les années 20, sur un prestidigitateur anglais qui tente de démasquer une jeune médium américaine, Woody Allen reprend ici une veine réaliste rappelant notamment son long métrage plus sérieux sur fond d'assassinat, «Match Point» (2005).

Distraire et se distraire

«Nous allons tous terminer dans une mauvaise posture un jour» et «nous vivons dans un monde aléatoire où tout va disparaître», lâche Woody Allen, lorsqu'on l'interroge sur sa vision pessimiste de la vie. «Face à la réalité déprimante», il a choisi de «distraire» les autres et «se distraire».

«Je me distrais en faisant des films et c'est une merveilleuse distraction», ironise-t-il. «Lorsque je regarde Fred Astaire danser, je ne pense pas que je serai vieux... dans un futur très lointain. C'est comme donner des activités de tressage de paniers en osier à des détenus» pour qu'ils oublient leur sort.

Esprit de compétition

«J'ai toujours voulu être un réalisateur sérieux», ajoute cet admirateur d'Ingmar Bergman. «Si on m'avait laissé le choix, j'aurais fait toute ma vie des films prise de tête.»

Le film est présenté hors compétition au Festival de Cannes, malgré les appels du délégué général Thierry Frémaux. «Je n'ai pas l'esprit de compétition», a justifié le cinéaste. (ats/nxp)

Créé: 15.05.2015, 21h22

Articles en relation

Deux films dérangeants fouettent la compétition

Festival de Cannes Au Festival de Cannes, la compétition proposait vendredi un film choc sur la Shoah ainsi qu'une fable grinçante et dérangeante sur la solitude. L'un évoque l'enfer des fours crématoires et l'autre les différents états du couple. Plus...

Après ses seins, Sophie Marceau dévoile sa culotte

Festival de Cannes Après avoir dévoilé un sein il y a dix ans, l'actrice a offert un nouveau cliché sexy aux photographes. Plus...

Le rideau se lève sur Cannes, entre rêve et réalité

Festival du Film Le tapis rouge est sur le point d'être déroulé et l'effervescence va s'emparer de la Croisette pour le 68e Festival de Cannes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...