Passer au contenu principal

La Cité refait le match avec Massimo Furlan

Ce soir à la Pontaise, le performeur rejoue – seul! – la finale de la Coupe de Suisse 1981, qui avait vu la victoire du LS. Interview

Massimo Furlan à quelques jours de son exploit sportif et artistique à la Pontaise, en survêtement d'époque.
Massimo Furlan à quelques jours de son exploit sportif et artistique à la Pontaise, en survêtement d'époque.
Joana Abriel

«Le maillot me donne un air de gay napolitain.» Massimo Furlan est d’origine frioulane, mais l’équipement d’origine des footballeurs du Lausanne-Sport (le «s» final est d’époque) lui serre fort le corps.

Dans son loft lausannois depuis lequel on aperçoit l’Arsenic, théâtre où il a conçu bon nombre de ses créations entre poésie visuelle et performance, un ballon de mousse traîne toujours sur le parquet. Ce n’est plus celui qu’il tapait dans sa chambre de gosse en écoutant les «radiocronisti» italiens s’égosiller sur les héros du stade tout en s’imaginant être l’un d’eux.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.