Collisions photographiques entre des courses de poneys et des questions de survie

PhotographieÀ Vevey, Vicente Paredes confronte jeunes jockeys espagnols et enfants du Congo. Contrastes…

Dans le viseur du photographe espagnol Vicente Paredes se bousculent jeunes jockeys souriants au regard barré pour préserver leur anonymat et Africains sans filtre.

Dans le viseur du photographe espagnol Vicente Paredes se bousculent jeunes jockeys souriants au regard barré pour préserver leur anonymat et Africains sans filtre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les inégalités mondiales, l’enfance, le spectre du néocolonialisme… Les comparaisons critiques entre pays pauvres et riches prennent toujours le risque du manichéisme. Avec son exposition «Pony Congo» présentée à l’Espaces Images de Vevey, le photographe Vicente Paredes n’esquive pas totalement l’écueil mais trouve des contreparties intéressantes, en parallèle à la seule observation matérialiste.

Juxtaposant des portraits de jeunes jockeys espagnols engagés dans des compétitions à dos de poney et des enfants de la République du Congo qui œuvrent à leur survie souvent dans des conditions assez misérables, le photographe ibérique déplace l’axe sociologique sur le terrain même de l’image.

Jouant sur les prescriptions légales liées à la représentation des enfants, il barre de noir les regards de cette jeunesse dorée qui caracole sportivement dans le souci d’une médaille. Les enfants congolais, tout à leurs occupations quotidiennes – le travail, déjà –, sont saisis droit dans les yeux, sans filtre.

Une manière de dire que le respect et le droit ne sont pas égaux d’un côté ou de l’autre. Aux compétiteurs équestres, un anonymat protecteur jusqu’à l’excès (ils en deviendraient presque des criminels en puissance). À l’enfance défavorisée, une transparence sans fard, faisant écho à la dénonciation dont se justifient souvent les médias qui en usent.

Dans les deux cas, l’approche de Vicente Paredes souligne l’indécence qu’il y a à réduire un individu à l’état de symbole.

Créé: 05.12.2017, 19h28

L'expo

Vevey, Gare, Espace Images
Jusqu’au sa 23 décembre (ma-ve, 17 h-19 h; sa-di, 14 h-18 h). Entrée libre.
Rens.: 021 922 48 54.
www.images.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 23 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...