La comédie humaine sur le mode mandchou

LittératureConsidéré comme l’apogée de la fiction asiatique, «Le rêve dans le pavillon rouge» sort en coffret. Une boîte de Pandore fantasmagorique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A priori, «Le rêve dans le pavillon rouge» vaut surtout par son immersion dans le quotidien de la Chine au 18e s., roman fleuve qui zoome sur une société par le petit bout de la lorgnette domestique. L’auteur, Cao Xuequin, peintre et poète, s’avère un chroniqueur redoutable qui observe avec minutie posologies de médecine, usages dans la dégustation du riz ou cadeaux offerts en échange de faveurs, tout en rendant compte d’un grand chambardement cosmique à l’oeuvre.

La spontanéité feuilletonesque de ce récit autobiographique amuse, soap opera d’un courtisan éclairé qui au passage, révèle que dans cette bourgeoisie capiteuse, l’homosexualité se pratique en toute décontraction comme dans l’antiquité grecque. Ou que les pères gourmanderont toujours les fils plus enclins à s’étourdir de vers et de sensualité, qu’à étudier les sages préceptes de Confucius.

A se perdre sur cette «terra incognita», continent perdu qui émergerait soudain à la connaissance occidentale, s’ajoute un sentiment de curiosité. En Chine, ce roman de mœurs tenu en haute estime par Mao, considéré comme patrimoine mondial par l’UNESCO, connaît un énorme succès populaire, suscite un pan entier d’études littéraires, la «rouegeologie». De quoi deviner que l’envergure du «Rêve dans le pavillon rouge» dépasse la simple encyclopédie d’un monde féodal en déliquescence.

Sur 120 épisodes, la dynastie mandchoue des Jia n’étale pas seulement les méandres d’un triangle amoureux, ses héros tendent des fils de soie vers une cosmogonie ancrée dans le taoïsme et le bouddhisme.

Pendant ce temps-là, de l’autre côté du globe, au siècle des Lumières, l’Occident se passionne pour Voltaire, Montesquieu et autres observateurs d’une société mutante, tel Rousseau. En Chine, Jia Bao Yu, alias Frérot Jade, ado rêveur et insouciant, est né avec un abraxas de jade dans la bouche. Ce fragment d’une pierre abandonnée par la déesse NüWa, pour boucher un trou dans la voûte céleste, a laissé son empreinte sur le jeune homme. Promis à Grande Soeur Joyau, l’hédoniste batifole avec sa Soeurette Lin, merveilleuse plante aux Perles pourpres. Gravitent encore autour de l’héritier, les Demoiselles de Printemps qui comptent dans leurs rangs la vertueuse Honorable Compagne de Sagesse mais aussi une nonne bouddhiste ou au contraire, une fille de plaisirs.

Si les virtuosités du texte original qui mixe dialecte de Pékin et chinois vernaculaire, use des tonalités propres à la langue pour rendre d’infimes nuances tragicomiques, restent insondables, ce roc de la littérature chinoise n’en garde pas moins une puissante magie addictive. Et ne cesse d’interroger, tel les Elfes qui renoncent à l’immortalité pour goûter à l’amour terrestre, l’humanité vaut-elle la peine de s’y perdre?

Créé: 07.12.2019, 17h59

Homère, superstar antique

Tout juste adapté en bande dessinée avec un sens du raccourci supersonique, le super héros de l’«Odyssée» d’Homère sirote des mojitos sur la plage avec Calypso, embarque sur une navette spatiale à travers l’espace déchaîné et affronte cyclope, sirènes et toute l’armada avant d’embrasser Pénélope. C’est le Bronx, quartier natal de Seymour Chwast, immense dessinateur à qui il sera beaucoup pardonné, tant l’iconoclaste allie humour et érudition. Homère super star à tous les étages, le concept ravit. Se souvenir de l’écrivain voyageur Sylvain Tesson, échoué dans une île perdue des Cyclades l’été 2018, qui trouvait dans les aventures du Grec une subjugante modernité. «Et si aujourd'hui, le sultan Erdogan défiait la chancelière Merkel au catch?», écrivait-il à la lumière du générateur, pour illustrer le duel antique entre Pâris et Ménélas dans la solitude battue par les vents.

Homère est surtout à la fête dans une intégrale qui célèbre son génie sur 1300 pages. Après 8 ans de travail, Pierre Judet de La Combe est arrivé au bout des 16’000 vers d’«Iliade» et de ses 50 jours de colère. Sa lecture inédite s’ajoute à la traduction de Victor Bérard (1924), inégalée à ce jour, de l’«Odyssée». L’ouvrage se complète surtout de fragments enfin restitués, d’un lexique des principaux personnages et de textes attribués à l’auteur, fables comme «La bataille de la belette et des souris», conte érotique comique comme le «Margiles», scolies et autres notes anonymes, commentaires philologiques, hymnes et vies homériques etc. Treize auteurs se sont relayés pour établir cette somme de «morceaux cousus bout à bout par les meilleurs hellénistes», explique Hélène Monsacré qui a dirigé la titanesque entreprise.

Détail révélateur, le patronyme d’Homère possède plusieurs sens. Il signifie aveugle, otage, homme des grandes cérémonies mais désigne aussi «celui qui met ensemble, écoute les termes qui composent». Au-delà des théories qui n’ont pas manqué sur l’identité toujours mystérieuse de l’auteur, les experts s’interrogent encore sur la formidable pérennité de ce corpus qui comme son protagoniste, survit à toutes les épreuves, traverse vents et marées historiques. Increvables héros… et pourtant, notent-ils, si le thème migratoire bat la caisse de résonance de l’actualité contemporaine la plus dramatique, Achille ou Ulysse ne plaident pas pour leurs hautes valeurs morales, n’incarnent pas des modèles de vertu. La plus finaude ici, serait plutôt Pénélope en réseau avec le Girl Power sur sa Toile. Très tendance aussi, finalement.C. LE

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.