Après 34 ans sur les ondes, Lolita s’en va

RadioL’animatrice de «Dernier rêve avant la nuit» sur la Première a décidé de prendre une retraite anticipée. Emue, elle a livré sa dernière émission mardi soir.

Lolita a décidé de prendre une retraite anticipée.

Lolita a décidé de prendre une retraite anticipée. Image: RTS/RSR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Cette voix reconnaissable entre mille, douce, presque enfantine, accompagnait chaque semaine depuis dix ans des récits, illustrait des extraits soigneusement choisis pour les auditeurs de La Première entre 21 h et 22 h. Mardi soir, cette figure de la radio a décidé d’annoncer sobrement à l’antenne en début d’émission son désir, à l’aube de ses 60 ans, de prendre une retraite anticipée.

Lolita a livré son Dernier rêve avant la nuit la gorge et le cœur serrés. «Je suis vite débordée par mes émotions, explique-t-elle. Je m’étais laissé la possibilité jusqu’à la dernière minute de passer uniquement de la musique. Deux heures avant, j’ai finalement trouvé un texte qui me plaisait, Desiderata, du poète Max Ehrmann, ainsi qu’une chanson de Brigitte Fontaine, La vie est belle, que j’avais enregistrée avec mon mari, qui avait adapté la musique.»

Une décision difficile à prendre

Les raisons de son départ sont multiples: la fatigue, d’une part, mais aussi des conditions de travail qui ne la rendaient plus heureuse. Arrêter cette émission, autrefois appelée Drôles d’histoires – «la plus belle que j’ai animée» –, a été une «décision difficile à prendre» pour celle qui reste passionnée par son métier. Elle sera remplacée par Carine Delfini jusqu’à la fin du programme, prévue en juin. «Je n’ai aucune idée par quoi il sera remplacé.»

Lolita – Corinne Mettraux à la ville – a fait ses débuts sur Couleur 3 en 1983. Cette année-là, elle hérite de ce surnom inspiré du roman éponyme de Vladimir Nabokov. «Tous les animateurs de la chaîne devaient en avoir un. Quand on me l’a attribué, je ne me suis pas du tout reconnue dans cette histoire de nymphette. J’avais déjà 28 ans et un enfant.» Ce nom, doublé de sa voix si singulière, suscite beaucoup d’agressivité à ses débuts. «En particulier de la part de femmes qui pensaient que j’étais une jeune allumeuse, alors que je suis à mille lieues de ça.» Ce timbre est le résultat d’une déformation d’une corde vocale. Un gros complexe dont elle a souffert toute son enfance, moquée régulièrement pour sa «voix de bébé».

La belle époque

C’est pourtant cette sonorité particulière qui lui a ouvert les portes de la radio. «Vous pouvez avoir une drôle de voix, si vous n’avez rien à dire, vous ne ferez pas carrière», aime-t-elle à répéter. Lorsqu’elle passe devant la caméra avec Carabine FM, qu’elle coprésente avec ses collègues de Couleur 3 Gérard Mermet et Alain Monney, le public de la TSR découvre son visage et devient bienveillant à son égard.

Les sept années où le trio anime ce divertissement télévisuel restent «la période où j’ai le plus ri de ma vie», dit-elle. Avant d’ajouter: «Les Nuls ont commencé en même temps sur Canal+. Nous avions le même état d’esprit et une liberté absolue. Tout était permis, nous étions de vrais enfants gâtés.» Ils reçoivent les stars de la chanson française, Laurent Voulzy, Les Rita Mitsouko ou encore Alain Chamfort. «On faisait les clowns avec eux pendant les deux jours de tournage. Ils venaient sans attaché de presse et se prêtaient aux délires de nos sketchs sans craindre d’être tournés en ridicule. C’était une époque merveilleuse.»

De l’émission Le fond de la corbeille à des chroniques pour plusieurs programmes radiophoniques, Lolita, forte de trente-quatre ans d’antenne, a toujours misé sur la diversité. Et des projets, elle n’en manque pas, à commencer par passer du temps avec Nina, sa petite-fille de 2 ans. (24 heures)

Créé: 01.03.2017, 18h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...