«La Putain de l’Ohio» s’invite au Contexte Silo

ScèneA Renens, Benjamin Knobil met en scène, dès jeudi, la pièce crue et poétique de l’Israélien Hanoch Levin. Avec Jean-Pierre Gos dans le rôle-titre.

Le comédien romand Jean-Pierre Gos incarne, dans la Putain de l'Ohio, un vieux mendiant désireux d'abuser des plaisirs du monde te pris dans un univers en déliquescence.

Le comédien romand Jean-Pierre Gos incarne, dans la Putain de l'Ohio, un vieux mendiant désireux d'abuser des plaisirs du monde te pris dans un univers en déliquescence. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une tragédie métaphysique de l’humanité. Sans concession. Dans une langue crue autant que soignée et poétique. Et très drôle. A quelques jours de la première de La putain de l’Ohio – dernier texte d’un auteur disparu en 1999 et qui s’est toujours érigé contre la bien-pensance (politique, sociale, culturelle…) de son pays –, Benjamin Knobil s’autorise une confidence: «Quand Zina Balmer m’a proposé ce texte, je n’ai pas hésité une seule seconde et c’est l’un des spectacles dont je suis le plus fier.» Parce que, derrière son humour, la crudité de ses situations explicites et ses propos très corsés, la pièce d’Hanoch Levin «propose quelque chose d’épique sans jamais verser dans le glauque».

Pour Knobil, l’Israélien, qui a signé là son ultime spectacle avant de succomber à son cancer des os, n’avait plus rien à perdre. Et réussit à atteindre les vertiges d’un Dostoïevski. «Comme le Russe, il aime totalement ses personnages et ose, du coup, les dépeindre sans le moindre fard. Il nous raconte la vie comme une lutte perpétuelle où s’épuise une humanité poisseuse et médiocre qui n’en finit pas de se perdre, mais qui trouve une échappatoire dans le rêve.» Côté distribution, le metteur en scène se réjouit aussi de pouvoir compter sur un trio de choix, avec le Genevois Jean-Pierre Gos (pointure des plateaux francophones vue encore récemment dans les spectacles de Thomas Ostermeier), Zina Balmer (directrice du théâtre renanais) et Yves Jenny (qui enchaîne les succès scéniques depuis plusieurs saisons).

La putain de l’Ohio raconte l’histoire d’un mendiant qui, pour ses 70 ans, décide de se payer les services d’une prostituée. Mais sans la vigueur de la jeunesse, il ne réussit ni à consommer la relation sexuelle, ni à assouvir sa convoitise d’abuser des plaisirs du monde. Devant le refus ferme de tout remboursement, le vieil homme négocie alors la passe pour son fils. La putain, elle, sent qu’elle pourra profiter des faiblesses de ces laissés-pour-compte. «Tout est en contradiction dans cette tragédie contemporaine, observe Benjamin Knobil. La crudité finit par engendrer beaucoup de tendresse. On se situe dans un monde qui semble réduit à un marchandage permanent du corps et des sentiments, mais où le pessimisme finit par s’effacer derrière la force des relations.»

Créé: 01.05.2017, 18h24

Où et quand

Renens, Théâtre Contexte Silo

Du 4 au 14 mai (je, ve et sa à 20 h, di à 17 h).
Rés.: 076 588 84 59

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.