Montreux choisit ses étoiles

Scène«Huis clos» réunira quatre danseurs de deux prestigieuses compagnies. Rencontre en coulisses.

Delphine Moussin, Agnès Letestu, Rupert Pennefather et Ivan Putrov (de g. à dr.) adaptent la pièce de Sartre.

Delphine Moussin, Agnès Letestu, Rupert Pennefather et Ivan Putrov (de g. à dr.) adaptent la pièce de Sartre. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est dans les sous-sols d’un studio à côté de Bond Street, bouillonnante rue commerçante de Londres, que quatre étoiles de la danse répètent la chorégraphie de Huis clos. En cet après-midi de fin janvier, chacun économise ses portés et autres figures exigeantes. L’heure n’est pas à la performance mais à la coordination des mouvements. Même à l’entraînement la grâce et la rigueur respirent à travers ce quatuor issu des deux plus prestigieuses écoles de danse européennes: le Royal Ballet de Londres et l’Opéra de Paris. Cette chorégraphie sera le point d’orgue de la soirée Montreux Danse qui se tiendra sur une scène totalement repensée dans l’Auditorium Stravinski samedi 3 mars. Avec en ouverture une série de solos interprétés par d’autres professionnels de renom.

«Réunir l’élite mondiale de la danse à Montreux est un projet un peu fou que la Fondation de la saison culturelle de Montreux a voulu soutenir, d’autant qu’elle est portée par des acteurs de notre région», s’enthousiasme son administrateur, Pierre Smets. Ce projet a germé dans l’esprit de Denis Mattenet, directeur du Centre de danse de Montreux, épaulé par Leanne Codrington, ancienne danseuse professionnelle, passée par le Ballet de Monte-Carlo et Béjart. Tous deux étaient habités depuis longtemps par l’envie de réunir sur la Riviera de grands noms de la danse pour une création contemporaine et inédite. Grâce à leur réseau respectif – Leanne Codrington avait ses entrées au Royal Ballet de Londres et Denis Mattenet à l’Opéra de Paris – le duo a proposé à quatre anciennes étoiles de ces prestigieuses institutions – Agnès Letestu et Delphine Moussin côté français, Ivan Putrov et Rupert Pennefather côté anglais – d’unir leurs talents dans une chorégraphie signée Ludovic Ondiviela, formé lui aussi au Royal Ballet.

Un vieux rêve réalisé

Mettre en scène le texte de Jean-Paul Sartre était un vieux rêve de ce Franco-Espagnol établi à Londres qui a pris sa retraite des planches en 2014 afin de se consacrer uniquement à la chorégraphie. «Pour incarner Huis clos, il fallait des danseurs mûrs, les rôles comme l’histoire sont complexes, précise-t-il à la fin de la répétition londonienne. Quand j’avais 10 ans, je voyais Agnès Letestu et Delphine Moussin dans les magazines. Me retrouver aujourd’hui dans le même studio qu’elles reste pour moi impressionnant.» Même dans le petit milieu qu’est la danse, tous ne se connaissent pas. Il aura fallu attendre cette création pour que les deux Françaises rencontrent Ivan Putrov et Rupert Pennefather.

Agnès Letestu, 47 ans, nommée danseuse étoile en 1997, campe Inès, personnage manipulateur dans la pièce de Sartre qui se nourrit des malheurs des autres, une lesbienne qui se sent très bien en enfer. «Nous avons tous en commun d’avoir terminé notre contrat dans nos compagnies respectives. Nous sommes chacun nos propres patrons. Ici, nous ouvrons une page blanche. Forts de nos différentes influences et personnalités, nous construisons ensemble nos personnages. Et on voulait quelque chose de théâtral dans cette création», explique celle qui est aujourd’hui professeure de danse et qui créé également les costumes de Huis Clos.

En quoi les influences de l’école française se distinguent-elle de sa rivale anglaise? «La première se caractérise par une approche très technique dans le travail des jambes tandis que la deuxième offre des ports de bras très souples, tente de résumer le chorégraphe. Mais depuis une dizaine d’années, grâce à Internet et à YouTube, chacun voit ce que fait l’autre et les différences s’estompent». Et Ivan Putrov, lauréat du Prix de Lausanne en 1996, d’ajouter: «La beauté de la danse est interculturelle. Quand c’est bien fait, nous parlons tous la même langue dans le mouvement.» La joie de renouer avec les planches se lit sur le visage de Delphine Moussin. «Si on revient, c’est pour le goût de la scène et non pour les exercices à la barre ou les échauffements, plaisante-t-elle. Aujourd’hui, la danse me permet de m’abandonner encore plus dans le jeu théâtral.» Alternant les répétitions entre Londres et Paris, une joyeuse complicité unit les membres du quatuor qui ont chacun laissé leur ego au vestiaire. Tous se demandent encore comment ils vont évoluer sur la scène rectangulaire spécialement créée pour l’occasion afin de permettre aux spectateurs une vision à 360 degrés. Une première pour les danseurs comme pour le public de l’Auditorium Stravinski.


La Française Delphine Moussin, 49 ans, a fait toute sa carrière à l'Opéra de paris où elle est nommée étoile en 2005. Aujourd'hui elle est professeure de danse.

Fils de danseurs, l'Ukrainien Ivan Putrov, 37 ans, a gagné le Prix de lausanne en 1996. Nommé danseur étoile du Royal ballet de londres en 2002, il continue à créer des spectacles.

L'Anglais Rupet Pennefather, 36 ans, a été formé à l'école de la Royal Ballet de Londres avant d'intégrer la compagnie du même nom. Il est nommé danseur étoile en 2008.

La Française Agnès Letestu, 47 ans, est devenue danseuse étoile de l’Opéra de Paris en 1997. Elle danse toujours et crée aussi des costumes de spectacle. (24 heures)

Créé: 23.02.2018, 08h05

Infobox

Montreux, Auditorium Stravinski
Sa 3 mars (20 h)
Rens.: 021 962 21 19. Billetterie sur le site:
www.montreuxdanse.ch

Workshops ouverts aux 10 à 16 ans

L’événement Montreux Danse n’offre pas uniquement un spectacle pour les passionnés mais invite aussi les jeunes pousses – âgés de 10 à 16 ans qui pratiquent la danse entre deux ou trois fois par semaine – à se former auprès de professionnels reconnus. Les master class (sur réservation uniquement) auront lieu toute la journée du samedi 3 mars (dès 9 h) dans l’entrée de l’Auditorium Stravinski, transformé pour l’occasion en studio de danse. «Tout le monde pourra observer les leçons. C’est une occasion unique de découvrir d’autres techniques d’enseignement», ajoute Leanne Codrington, coordinatrice du projet. Les élèves, répartis selon leur âge, seront encadrés par Carole Arbo, danseuse étoile à l’Opéra de Paris et professeure à l’école de danse de la compagnie du même nom, et Linda Goss, diplômée du Bolchoï et ancienne professeure de l’école du Royal Ballet de Londres.

Rés.: info@montreuxdanse.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 18 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...