Tulalu!? fait se rencontrer auteurs et lecteurs depuis dix ans

LittératureL’association a reçu 130 écrivains romands en une décennie. Elle marquera le coup lors d’une soirée anniversaire à Lausanne.

En orange, Pierre Fankhauser anime une soirée Tulalu!? avec Jacques Poget au Lausanne-Moudon.

En orange, Pierre Fankhauser anime une soirée Tulalu!? avec Jacques Poget au Lausanne-Moudon. Image: JEAN-CLAUDE BORÉ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tulalu!? Sous ce nom aussi ludique qu’explicite, l’association promeut depuis dix ans la rencontre «entre ceux qui tiennent la plume et ceux qui tournent les pages». L’aventure a commencé à la manière d’un club de lecture. A l’initiative de Miguel Moura, chacun apportait alors un livre qu’il souhaitait faire découvrir. Avec le temps, le rendez-vous a attiré des auteurs romands, et de fertiles dialogues s’engageaient avec les lecteurs. En 2010, le fondateur a alors décidé, avec Céline Chappuis et Carole Dubuis, actuelle présidente, de créer une association proposant des rencontres entre les auteurs d’ici. Tulalu!? n’a eu de cesse, depuis, de défendre les plumes romandes. «Nous avons trouvé des mécènes qui nous ont permis de rémunérer les écrivains pour leur venue, nous y tenons beaucoup, ainsi que de dégager un peu d’argent pour financer l’animation et la gestion administrative. Cela permet de partager cet amour de la littérature dans des conditions professionnelles», observe Pierre Fankhauser, qui a animé la plupart des rendez-vous depuis 2014. Armé d’un exemplaire abondamment nourri de post-it, l’animateur fouille l’œuvre pour questionner son auteur de manière «pointue et accessible à la fois».

Tulalu!? organise deux types d’événements: les soirées autour d’un texte et son auteur, avec la participation d’un musicien ou d’un comédien qui offre un nouveau regard sur l’œuvre. Parmi les invités ont figuré notamment Thomas Sandoz, Catherine Safonoff, Quentin Mouron, Roland Buti ou encore Noëlle Revaz. Indépendant de l’agenda des sorties en librairie, les choix résultent des affinités du comité. Parmi les moments forts, Pierre Fankhauser se souvient de Lukas Bärfuss, venu avec son traducteur Lionel Felchlin, de l’une des premières rencontres qu’il a animées, avec le regretté Philippe Rahmy, ou encore d’une soirée spéciale consacrée aux Editions Plaisir de Lire sur le thème de l’impertinence, avec un remix musical d’Aline, de Ramuz, complètement irrévérencieux. Le tout devant un public allant de gymnasiens à des retraités. Le collectif organise aussi des soirées spéciales, en collaboration avec des événements littéraires, acteurs culturels ou éditeurs. «Il y a eu une sorte de tournant il y a une dizaine d’années, avec une évolution de la perception de la littérature romande qui s’est décomplexifiée, et une vraie reconnaissance de ses talents. De manière modeste, Tulalu!? y a participé», remarque l’animateur.

Pour sa nouvelle saison, les rendez-vous déménagent au Cinéma Bellevaux, où sont d’ores et déjà programmées les rencontres avec Laurence Boissier et Michel Layaz (respectivement le 13 novembre et 4 décembre à 20 h). En attendant, certains des 130 invités depuis la fondation de Tulalu!? partageront ce vendredi à la Bibliothèque Chauderon quelques souvenirs, tandis que la comédienne Sofia Verdon lira les textes de ceux qui ne pourront être présents. Sans oublier une table ronde avec des membres de l’association et des remix de textes par le duo Posology.

Lausanne, Bibliothèque Chauderon Soirée des dix ans, ve 3 novembre, 19 h www.tulalu.ch

Créé: 31.10.2017, 09h22

Emulation autour des mots

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.