Le déjanté Harry Crews se prend un coup de soleil en Floride

LivresDès 1971, avec «Le karaté est un état d’esprit», le romancier culte bottait le cul de l’Amérique bien-pensante. Roman culte.

Harry Crews, aussi cabossé que les péquenots qui constituent son fonds de commerce.

Harry Crews, aussi cabossé que les péquenots qui constituent son fonds de commerce. Image: LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Harry Crews, cet homme qui tenait du poème sur pattes titubantes de l’Amérique transgressive, semble avoir tout vu dans l’existence (1935-2012). Né «au bout de la route» selon son expression, dans la Géorgie du Sud des «red necks», l’autodidacte a brûlé son destin par tous les bouts, gamin aux jambes ébouillantées lors d’une fête du cochon, marine en Corée à peine débourré de l’adolescence, avant de se distinguer en universitaire subversif, puis mourir le crâne orné d’une crête d’Iroquois punk.

Ses romans ont paru de manière sporadique par la grâce de l’homme des lettres noires Patrick Raynal. Avant «Péquenots» aux Éditions Finitude à la rentrée, c’est lui qui déterre «Le karaté est un état d’esprit», salutaire injection venimeuse dans les romans de l’été.

Car Harry Crews, le chroniqueur des «freaks» les plus déjantés, avaleur de pièces de carrosserie («Car»), cul-de-jatte sourd-muet («La malédiction du gitan»), dresseur de dangereux reptiles («La foire aux serpents») ne s’encombre jamais de bonnes manières au moment d’attaquer l’humanité à mains nues.

Ici, des karatékas qui s’entraînent dans une piscine vide en pleine canicule. En alter ego de l’auteur, l’antihéros John Kaimon drague en connaisseur l’une de ces athlètes. Et la dérision loufoque de cette communauté en quête de pureté existentielle au milieu des crocodiles carnivores pique aux yeux comme le chlore évaporé de ce bassin.

Créé: 26.06.2019, 20h24

«Le karaté est un état d’esprit»
Harry Crews
Ed. Sonatine, 240 p.


"Péquenots"
Ed. Finitude, à la rentrée d'automne.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.