Passer au contenu principal

Les dialogues mystiques de Hildegard et Rûmî

Une «symphonie céleste» réunit la sainte chrétienne et le poète persan.

L'ensemble Flores Harmonici de Neuchâtel
L'ensemble Flores Harmonici de Neuchâtel
DR

L’ensemble Flores Harmonici fait tourner sa «Symphonie céleste», un spectacle créé autour de deux figures du Moyen Âge a priori très éloignées: sainte Hildegard von Bingen, grande compositrice allemande du XIIe siècle, et Djalâl ad-Dîn Rûmî, poète persan du XIIIe siècle.

Alexandre Traube est à l’origine de ce rapprochement: «Hildegard von Bingen est l’une des plus grandes femmes de l’histoire occidentale, la compositrice majeure du Moyen Âge, créatrice d’innombrables mélodies sur ses propres poèmes mystiques. De son côté, Rûmî est l’inventeur du genre musical nommé «saama», concert spirituel où l’on atteint l’extase par la danse, porté par un chant de tradition orale.

L’Allemande et le Persan ont été des lumières de leur temps et nous parlent plus que jamais avec leur œuvre enracinée dans leur culture, leurs religions respectives, mais qui les dépasse par l’universalité de leur pensée et l’amour absolu qui les anime.»

Ici, les trois voix féminines de Flores Harmonici sont embrassées par celle du chanteur persan Taghi Akhbari, qui improvise sur les poèmes de Rûmî dans les modes traditionnels de son pays, mais chante aussi Hildegard

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.